Les charcuteries sous tension

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les charcuteries sous tension

 

Malgré l’attachement des Français, l’industrie des charcuteries-salaisons française reste sous tension.

Les Français sont attachés à leurs charcuteries. Selon eux, elle est avant tout synonyme de qualité, de saveur, de tradition et de diversité. Grâce à cette image toujours très positive et au dynamisme des fabricants français, la consommation de charcuteries-salaisons, après un léger repli, progresse de nouveau en 2015 (+ 1,8% en volume). La production de charcuteries-salaisons s’élève à 1,15 million de tonnes et atteint un chiffre d’affaires de 6,4 milliards d’euros.

 La consommation nationale renoue avec le positif grâce au hors domicile

En 2015, la consommation à domicile de charcuteries-salaisons des ménages a légèrement reculé pour la première fois depuis 10 ans (-0,5% en 2015 vs +0,4% en 2014 ; +1,3% en 2013), se situant à 836 000 tonnes. Redynamisée, la consommation hors domicile renoue, quant à elle, avec la croissance (289 000 tonnes; +9,5%). Ses atouts sont multiples : une large diversité de goûts, une grande praticité, répondant tant aux attentes des circuits bistronomiques qu’à l’univers du snacking à la française.

L’image positive de la charcuterie continue sa progression avec une note globale qui est passée de 6,4/10 en 2002 à 7,5/10 en 2016.

  • Les critères d’achat les plus importants concernant les produits de charcuterie sont d’abord liés à la qualité gustative (98%) et à la fraîcheur du produit (97%). Arrive ensuite le prix (92%), puis des critères liés au savoir-faire régional (90%), à l’origine de la viande (89%) et à la fabrication française (88%).
  • Le jambon cuit est significativement la catégorie la plus régulièrement consommée (au moins 1 fois par semaine), suivi des aides culinaires et du jambon sec. Les saucisses sont la catégorie la plus occasionnellement consommée (2 à 3 fois par mois ou 1 fois par mois).
  • Les 2 moments de la journée où la charcuterie est la plus significativement consommée sont le dîner (81%) et le déjeuner (79%), avec toutefois un taux élevé pour l’apéritif (62%).

Nous vous recommandons

Umiami installe son premier site de production de viande végétale dans une ancienne usine Unilever

Umiami installe son premier site de production de viande végétale dans une ancienne usine Unilever

La startup de la foodtech prend la suite de l’ancien site industriel Knorr en Alsace pour y produire ses alternatives végétales à la viande à l'horizon mi-2023.Après avoir annoncé cette année une levée de fonds de 26,5 millions...

Le jambon San Daniele AOP part à la conquête des chefs français

Le jambon San Daniele AOP part à la conquête des chefs français

Reitzel poursuit la relance du cornichon français

Reitzel poursuit la relance du cornichon français

Maisons du Monde se rapproche encore des professionnels

Maisons du Monde se rapproche encore des professionnels