Les cantines de La Ciotat passent au bio

Frédéric Dubessy

Sujets relatifs :

La ville de La Ciotat (Bouches-du-Rhône) a signé un accord pour l'intégration de produits biologiques dans les cantines de vingt-cinq écoles (maternelles et élémentaires), avec la Sogeres, délégataire depuis 2004 et pour dix ans de la restauration scolaire. Ces produits concerneront 15% des plats servis. Depuis la rentrée, les petits Ciotadens bénéficient donc de trois produits bios par semaine (entrée ou fromage ou plat garni ou dessert), essentiellement du frais, des fruits et des légumes. « Notre but est de faire découvrir des produits bios aux enfants. Le maire m'a demandé de porter notre effort à 20%, voire plus d'ici 2012, car cette démarche correspond à une demande des familles », précise Denis Gautier, directeur régional de Sogeres Provence. Il suffirait pour cela d'ajouter un plat bio par semaine, ce qui n'est pas insurmontable et ne poserait pas de souci d'approvisionnement.

Reste le problème de surcoût répercuté sur les familles. Avec l'arrivée du bio, le prix du repas a augmenté de 27 centimes d'euros pour un coût de 8 € (couvrant l'amortissement de la cuisine centrale, la réhabilitation totale des salles à manger et la prise en charge du personnel de distribution, entièrement salarié par Sogeres). Le ticket moyen s'établit néanmoins à 2,50 € selon la mairie, qui en prend une bonne partie en charge.

La cuisine centrale de Sogeres à La Ciotat livre 280 000 couverts par an (environ 1 700 couverts par jour), y compris pour le restaurant municipal et les centres aérés intégrés dans le contrat.

Le chiffre

15% des plats servis dans les écoles de La Ciotat sont à base de produits biologiques

Nous vous recommandons

L'abonnement en restauration, un modèle gagnant ?

Analyse

L'abonnement en restauration, un modèle gagnant ?

Surfant sur l’engouement des Français pour les abonnements, Del Arte expérimente une offre d’une pizza à 1 € par jour. Tandis qu’à Lyon, UNI valide ce modèle économique inspiré d’enseignes américaines.L’affaire a fait...

16/01/2023 |
Dan Cebula, Depur Expériences : « Nous sommes dans l’ère de la preuve, pas du lifting »

Interview

Dan Cebula, Depur Expériences : « Nous sommes dans l’ère de la preuve, pas du lifting »

Bolk, un mini-restaurant robotisé pour bien manger

Bolk, un mini-restaurant robotisé pour bien manger

Bilan des dépenses du réveillon : le volume d’affaires des bars et restaurants a considérablement augmenté par rapport à 2021

Bilan des dépenses du réveillon : le volume d’affaires des bars et restaurants a considérablement augmenté par rapport à 2021

Plus d'articles