Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Les campings, un nouveau débouché pour la restauration

FLORENT BEURDELEY

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Avec la montée en gamme des campings et l'arrivée d'une nouvelle population, plutôt habituée des hôtels-clubs et de leurs services, la restauration est en train de se tailler une place de choix au sein de l'hôtellerie de plein air.

Glamping, vous avez dit glamping ? Ce néologisme, regroupant glamour et camping, évoque une hôtellerie de plein air associant luxe, nature, respect de l'environnement et confort. Bien loin de l'image d'Épinal du campeur moyen, bob vissé sur la tête, ne jurant que par les vertus rafraîchissantes d'un célèbre apéritif anisé.

Avatar de cette nouvelle conception de l'hébergement de plein air, le concept Original Camping, créé par l'homme d'affaires et mécène Alain-Dominique Perrin, à Noirmoutier (85). À mi-chemin entre l'hôtel club et le camping, cet établissement propose une restauration de premier choix, avec un « hôtel-bar-restaurant-spa » en pleine nature, champagne en front de mer compris. Une tendance propre à séduire une clientèle plus exigeante. Le renouvellement de la clientèle « camping » et la montée en gamme ont modifié en profondeur l'hôtellerie de plein air, la faisant croître et se diversifier. La naissance d'une 5e étoile en 2010 et les effets de la crise sur le pouvoir d'achat ont draîné de nouveaux consommateurs venus des hôtels-clubs, qui attendent désormais davantage de la part de l'hébergement de plein air. « Ce dernier bénéficie d'un marché dynamique, en pleine expansion. Certaines formes de camping sont en train de devenir des parcs d'activité dans lesquels il y a de l'hébergement. Il y a vingt ans, le camping était un hébergement de type social, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Du coup, la restauration se professionnalise également et devient centre de profit », explique Philippe François, directeur de François Tourisme Consultants.

Vers une mise en gérance

Avec près de 90% du parc de campings proposant de la restauration sous toutes ses formes, pour une part de 15 à 25% du chiffre d'affaires global, la restauration est une manne, mais aussi un métier à part entière. « Avec une restauration sur place, les exploitants peuvent même, en s'ouvrant sur l'extérieur, assurer des prestations pour des séminaires en dehors de la saison touristique. C'est un nouvel enjeu », note Philippe François.

Pour Jacques Bellorgey, consultant pour la FNHPA (Fédération nationale de l'hôtellerie de plein air), en charge de la partie réglementaire : « De plus en plus, les gestionnaires consacrent leur temps à l'hébergement, et se dirigent donc vers une mise en gérance de la restauration par souci de professionnalisme. Beaucoup montent en gamme dans leur restauration, qui n'est plus juste une restauration d'appoint. »

Gérer les volumes

À cela viennent s'ajouter les volumes. En effet, un emplacement de camping compte pour trois personnes en moyenne, quand une chambre d'hôtel accueille généralement deux personnes. « Il faut être capable d'endiguer de tels volumes, prévient Philippe François. Si l'on prend un camping de 200 emplacements, cela représente un nombre total maximum de population de 600 personnes. 600 personnes quatre mois dans l'année, c'est beaucoup. Certains campings des Landes, de Gironde, de Vendée, de Méditerranée comportent jusqu'à 800 emplacements. Dans ce cas, il faut de vrais outils de restauration, qui vont jusqu'à la création d'une cuisine centrale. »

À côté de ces mastodontes, d'autres structures s'organisentt pour répondre à cette demande. C'est le cas de Joëlle Rohaut, présidente de la FNHPA Normandie, qui exploite un terrain de camping dans le Calvados. « Le métier d'exploitant de camping est très varié et regroupe une multitude de tâches, à savoir l'accueil, l'entretien des espaces verts, l'assainissement, l'entretien général, et aussi la restauration. Toute la gamme de restauration est présente en hôtellerie de plein air, mais il faut reconnaître que les campings, jusque-là dénués d'offre en restauration, s'organisent pour proposer au moins du snacking. Avec l'arrivée des formules locatives et d'une clientèle qui n'a jamais été caravanière, la demande a augmenté. Il a fallu que nous nous adaptions. Et nous ne sommes pas les seuls ! »

L'avenir de la restauration en hôtellerie de plein air semble également ouverte aux chaînes, qui pourraient trouver en elle un nouveau levier de croissance. « Il ne serait pas étonnant que Brioche Dorée, Paul, Exki ou Cojean viennent à s'intéresser aux campings dans un futur proche », prévient Philippe François.

« L'hébergement de plein air bénéficie d'un marché dynamique, en pleine expansion. Du coup, la restauration se professionnalise et devient centre de profit. » Philippe François, directeur de François Tourisme Consultants

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
01 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

02 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Édition 2021

Nous vous recommandons

Vin et chevreuil, les accords parfaits

Vin et chevreuil, les accords parfaits

Les frimas de l'hiver annoncent les fêtes et l'arrivée des gibiers au menu. Quel vin proposer sur du chevreuil, viande à la fois puissante et soyeuse ? Tout dépend de la préparation...   CHOCOLAT ET[…]

Comment doper la vente de vin auprès des jeunes ?

Analyse

Comment doper la vente de vin auprès des jeunes ?

A quoi ressembleront les futurs concepts de restauration ?

A quoi ressembleront les futurs concepts de restauration ?

Pottoka : L'identité basque, dans le décor et l'assiette

Pottoka : L'identité basque, dans le décor et l'assiette

Plus d'articles