Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Les 11 Bodegon adjugés à Léon de Bruxelles et Courtepaille

Paul Fedele

Beau succès pour les réseaux de Michel Morin et Philippe Labbé qui récupèrent, au TGI d'Annecy, et se partagent, les 11 bâtiments en propre de la société Bodegon Colonial mise en liquidation judiciaire.

La décision est tombée mercredi à 15 heures. C'est donc le dossier commun monté par  Léon de Bruxelles et Courtepaille qui a remporté les faveurs du Tribunal de grande instance d'Annecy. Un choix qui était très attendu par de nombreux grands groupes de restauration qui lorgnaient avec intérêt sur  « l'affaire », de Flo à Buffalo Grill en passant par Le Duff, Crocodile ou encore quelques indépendants. Une belle victoire pour deux réseaux lancés à la course au développement. Léon, qui a repris cette année ses ouvertures avec trois restaurants programmés en 2006 à Orléans-Olivet, Villeparisis (78) et Mantes-Buchelay (78), récupère ainsi six unités pour un montant de 1,6 M€  : celles de Clermont-Ferrand, Bordeaux, Servon, Saint-Etienne, Angers et Reims. « Une belle opération »,  commente Michel Morin à Néorestauration qui permettra à son réseau de bondir de 37 adresses, à 46 cette année. D'autant que ce rachat n'alourdit pas l'endettement du groupe qui a cassé sa tirelire en finançant l'opération sur fonds propres. Ce rachat aura en revanche un impact «légèrement»  négatif sur le résultat consolidé cette année, précise Léon de Bruxelles, mais contribuera positivement au résultat 2007.

Le roi des moules-frites, propriétaire des six adresses depuis hier 15 heures, a prévu d'investir 600 K€ par établissement pour les convertir aux standards de l'enseigne. Les fonds de commerce repris, qui réalisaient un CA HT de 5 M€, seront contributeurs cette année, selon les prévisions du groupe, à hauteur de 4 M€  et de 6 M€ en année pleine.
Avec un rachat de cinq unités pour 1,3 M€, Courtepaille de son côté, se félicite tout autant de ce succès  : « nous récupérons de beaux emplacements à Nancy, Bordeaux Lac, Nanterre, Rouen et Chevilly-Larue », explique Olivier Dutertre, responsable développement de la marque. « Le projet monté avec Léon de Bruxelles était socialement de grande qualité et nous permet de revoir à la hausse nos prévisions d'ouvertures qui approchaient déjà les 15 unités pour l'année en cours ». Courtepaille a prévu d'investir aux alentours de 450 K€ pour la rénovation de chaque établissement. Quant aux cinq franchisés orphelins de l'enseigne (ceux qui n'appartenaient pas en propre au holding Bodegon), ils ont retrouvé leur indépendance.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

 Alternative Café, une vision éthique et sociale du café

Alternative Café, une vision éthique et sociale du café

Les caféiculteurs ont vu leurs revenus fondre ces dernières décennies alors que les consommateurs se sont mis à payer de plus en plus cher le café torréfié. C’est ce paradoxe qui a[…]

La restauration à table a amorcé son rattrapage en 2021, selon The Fork

La restauration à table a amorcé son rattrapage en 2021, selon The Fork

La Côte et l’Arête ouvre à Toulon et vise 5 nouvelles ouvertures en 2022

La Côte et l’Arête ouvre à Toulon et vise 5 nouvelles ouvertures en 2022

  Ouverture d'Iconik, le nouveau spot food des parisiens

Ouverture d'Iconik, le nouveau spot food des parisiens

Plus d'articles