Léon de Bruxelles s'apprête à simplifier la structure de son capital

La rédaction de Néorestauration
Lors de l'assemblée générale du 30 juin, Jean-Louis Detry sollicitera le renouvellement de son mandat de membre et de président du conseil de surveillance.
La chaîne Léon de Bruxelles entend proposer à l'assemblée générale mixte du 30 juin la simplification de la structure de détention de son capital en absorbant  la société Senimavi qui détient 37,29% du capital. Senimavi avait été constituée en 2001 pour la reprise et le redressement de Léon de Bruxelles, par l'actuel président du conseil de surveillance Jean-Louis Detry, la société Before et l'actuel président du directoire Michel Morin. "Cette phase de redressement est aujourd'hui passée et Léon de Bruxelles entame une nouvelle phase de croissance", commente la société.

Senimavi apportera un actif d'une valeur de 2,644 M€, la parité de fusion ayant été fixée à 215 actions Léon de Bruxelles pour 1 action Senimavi. L'opération prendra la forme d'une fusion-absorption. Léon de Bruxelles, société absorbante procédera à une augmentation de capital d'un montant de 2,166 M€.
A l'issue de la fusion,  Jean-Louis Detry sera premier actionnaire de Léon de Bruxelles (25,53% du capital et des droits de vote), suivi par la société Before (13,05%) et le directoire (4,02%), le reste étant détenu par le public. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

Nous vous recommandons

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

Sondage

Sondage - Quel est l'impact pour vous de la hausse des prix de l'énergie ?

View...

16/09/2022 |
« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Tribune

« Ces Français qui ne veulent plus travailler » sont surtout des métiers terrains pour lesquels nous devons innover – Olivier Severyns, CEO de Snapshift

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

Top départ pour la troisième édition de Cuisinons pour Demain

La FEB délivre des CQP en boulangerie dans les prisons

La FEB délivre des CQP en boulangerie dans les prisons

Plus d'articles