Le SNRC signe la charte des services publics locaux

La rédaction de Néorestauration
La signature de la charte par le syndicat national de la restauration collective témoigne de la part de ses adhérents la volonté de développer la confiance et la transparence aux côtés des collectivités territoriales.
C'est en présence de Jacques Pélissard, président de l'AMF, Claude Martinaud, président de l'IGD, et Yann Coléou, président du SNRC, que le syndicat national de la restauration collective vient de signer la charte des services publics locaux. Un document élaboré le 16 janvier 2002 par l'Association des Maires de France, l'Assemblée des départements de France, l'Association des Régions de France sous l'égide de l'Institut de la gestion déléguée qui vise à définir les principes et les objectifs sur lesquels doivent s'appuyer les collectivités organisatrices pour décider de la création et des modalités de gestion de leurs services publics. Depuis son existence, 20 organismes (dans les secteurs des transports, de l'eau, de l'environnement...) y ont adhéré. La restauration collective pour les maternelles et le primaire est au cœur des prestations fournies par les villes et leurs élus. Le SNRC est donc venu les rejoindre. Pour garantir la liberté et la réversibilité des choix, la charte promeut l'évaluation comparative des modes de gestion, la mise en place d'indicateurs de performance et la gestion participative. « Un de nos objectifs est de garantir aux villes une prestation de qualité dans une environnement de plus en plus complexe et un cadre réglementaire qui s'intensifie », a rappelé Yann Coléou. Depuis plusieurs semaines, le SNRC est engagé dans cette démarche d'évaluation avec notamment la création d'un groupe de travail qui réfléchit à la définition d'indicateurs de performance. Une façon de formaliser et de rationaliser des pratiques existantes. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

A mi-2022, plus d’inquiétudes que d’optimisme pour les indépendants

A mi-2022, plus d’inquiétudes que d’optimisme pour les indépendants

L’étau se resserre pour les indépendants. C’est en tous cas la tendance qui se dégage de la dernière enquête trimestrielle de la CPME, dont les résultats spécifiques aux 1414 entreprises de l’hôtellerie-restauration,...

Geranium au sommet du 50 Best

Geranium au sommet du 50 Best

Orus veut digitaliser l’assurance professionnelle des TPE et PME

Orus veut digitaliser l’assurance professionnelle des TPE et PME

Tribune de Fréderic Leclef, directeur général délégué de Lyf - Comment faire revenir les clients au restaurant ?

Tribune

Tribune de Fréderic Leclef, directeur général délégué de Lyf - Comment faire revenir les clients au restaurant ?

Plus d'articles