Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Le Snerrs découvre la différence québécoise

La rédaction de Néorestauration

Voyage d'études de six jours au Canada en février pour quinze SRC adhérentes du Syndicat national des entreprises régionales de restauration sociale (Snerrs). L'occasion pour elles de constater des différences dans la gestion des services et des risques.

Le fait que l'un de ses adhérents, Daniel Rocher, patron d'Aridev à La Roche-sur-Yon, soit également à la tête d'une société de restauration collective au Canada, est à l'origine de la destination de ce voyage d'études du Snerrs, organisé du mercredi 5 au mardi 11 février dernier. Le précédent s'était déroulé à New York en 2000.

La délégation de quinze patrons de PME françaises était reçue à Montréal par leur collègue Jacques La Liberté. La société qu'il préside, et qui porte son nom, est  le numéro 4 du marché québécois de la restauration collective (derrière Aramark, Sodexho et Compass, leaders d'un marché sous-traité à plus de 60 %). Mais c'est aussi la première des SRC régionales dans la province, avec un chiffre d'affaires d'environ 100 millions de dollars canadiens (63,9 millions d'euros).

Le Snerrs a donc surtout visité des établissements clients de La Liberté, dans différents segments du marché : établissement de personnes âgées, restaurant universitaire d'un groupe d'enseignement de Montréal, restaurant de Radio Canada. Ils se sont rendus également au célèbre Institut de Tourisme et d'Hôtellerie du Québec.

Les chefs d'entreprise français ont été frappés par la forte concurrence des « lunch box » (casse-croûte ou « gamelle » de jadis) apportés par les convives. Ils l'ont été plus encore par le fait que les entreprises clientes, à l'inverse de celles en France,  ne subventionnent pas leur prestataire. Celui-ci, au contraire, doit payer une redevance, qui fait l'objet d'âpres négociations. Du coup, les convives, eux, supportent la totalité des coûts. Un modèle économique similaire à celui de la restauration commerciale et de concession.

S'étant intéressés aussi à la gestion de la sécurité alimentaire, les participants ont été frappés par les « normes québécoises de la ferme à la table », exposées lors d'une conférence animée par une conseillère du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. Ils ont jugé « remarquable » la méthode de suivi des sites de restauration. Les services vétérinaires déterminent le niveau de risque avec des grilles d'analyse. Et c'est en fonction de cette « cotation du risque » qu'ils définissent leur fréquence de passage et leur niveau d'exigence. Une approche ciblée qui vise à optimiser l'efficacité des contrôles. En France, quelques services vétérinaires départementaux développent une approche assez voisine.

Les dirigeants de quinze entreprises adhérentes du Snerrs participaient à ce voyage d'études  : Api-RDR, Aridev, Armor Cuisine, Ascoger, Basilic Restauration, Bretagne Restauration/Resteco, Est Restauration Services, Flandres Artois Restauration, Houlé Restauration, Lys Restauration, Multi Restauration Méditerranée, Océane de Restauration, SHCB, SNRH, Yvelines Restauration.

jfvuillerme@neorestauration.com

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Objectif 2022 : quel modèle de restauration

Nous vous recommandons

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a affirmé mardi sur RMC que le taux réduit de TVA en restauration demeurerait inchangé, en dépit de l'abandon de certaines niches fiscales. Selon Christine Lagarde, ce[…]

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles