Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Le Sénat adopte finalement le label

F. B.
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le Sénat a définitivement adopté l'instauration obligatoire d'un label « fait maison », dans le cadre du projet de loi consommation, le 28 janvier. La mesure devrait être effective dès l'été prochain. Mais comment interpréter ce label ? Quelles seront les conditions du fait maison écrites dans le décret qui suivra ? S'agit-il d'utiliser des produits bruts, les modes de conservation sont-ils également concernés ? Pour le moment, c'est le flou. Certains pointent du doigt l'amalgame possible entre produit brut et mode de conservation. Xavier Denamur, restaurateur, estime que le texte ne va pas assez loin. « Il aurait fallu inscrire "produits bruts et frais". » D'autres applaudissent des deux mains, comme le Synhorcat et la Fagiht, qui invitent tous les professionnels à se saisir de cette loi et à afficher sur leur carte et menus les plats « faits maison ». « La France doit conserver ses parts de marché en matière de tourisme et a donc le devoir d'être transparente quand il s'agit de sa notoriété culinaire internationale », indique Didier Chenet, président du Synhorcat. L'Umih et la CPIH se sont montrées plus réservées. Hubert Jan, président de la branche restauration de l'Umih, estime dans les colonnes de Ouest-France que « cela part d'un bon sentiment, mais cela tombe à côté de la plaque. Une quiche lorraine préparée par le cuisinier mais avec une pâte toute faite ? Ce sera du « fait maison » ! Même les fast-foods vont pouvoir afficher ce label. C'est ça que l'on voulait ? »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Plan « France relance » :  une déception pour le secteur

Plan « France relance » : une déception pour le secteur

Roland Héguy, Président de l’UMIH : « Nous comprenons et soutenons les objectifs du plan de relance du Gouvernement qui ambitionne à la fois de retrouver en 2 ans le niveau économique[…]

D’aucy foodservice une marque de coopérative au service des professionnels de la restauration

Publi-rédactionnel

D’aucy foodservice une marque de coopérative au service des professionnels de la restauration

Pour tout savoir sur le phénomène des dark kitchen

Pour tout savoir sur le phénomène des dark kitchen

Les restaurants fantômes en quête de stabilité

Les restaurants fantômes en quête de stabilité

Plus d'articles