Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Le saint-honoré, thème et variations

Thérèse Rocher

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Inventé sous Louis-Philippe, le saint-honoré s'est imposé comme l'un des grands classiques de la pâtisserie française. Ce qui n'empêche pas les plus folles audaces !

Paris, 1847. La rue Saint-Honoré s'affiche déjà comme l'artère du (bon) goût. La maison Oriza fournit les élégantes en parfums, crèmes et poudres de riz, et le pâtissier Chiboust, en pâtisseries d'exception. Parmi elles, le tout nouveau saint-honoré.

Mais seize ans plus tard, les frères Jullien twistent déjà la recette. Exit la brioche, dans laquelle étaient confectionnés les choux ainsi que le socle du dessert. Les choux, désormais réalisés en pâte cuite, sont posés sur une pâte brisée. Ils sont garnis de crème fouettée parfumée aux framboises, aux fraises ou bien à la vanille. Mais, alors que pointe la Belle Époque, les chaudes journées d'été portent un coup rude au dessert : comme dans le Blanche-Neige des frères Grimm, les belles tombent inanimées. On crie à l'empoisonnement. C'est le blanc d'oeuf cru qui est en réalité le grand fautif. Les pâtissiers ont compris la leçon : il faut pasteuriser. L'appareil ne changera presque plus : crème pâtissière à l'intérieur des choux, et crème fouettée à l'extérieur.

Dans les années soixante, Lenôtre remet au goût du jour ce divin gâteau et pose les choux sur une pâte à foncer. D'autres opteront pour une pâte feuilletée.

Géométries variables

À chaque pâtissier de créer dès lors sa variation. En 2008, Dalloyau perche ses choux au bout de bâtonnets, façon sucettes. Jacques Genin, qui vient de révolutionner la confiserie avec ses toutes nouvelles pâtes de légumes, décline, lui, le saint-honoré à la manière d'un jeu de go : trois choux alignés comme des sentinelles et, leur faisant face, un lit de crème pâtissière légère et vanillée, surmontée de chantilly. « Ce que j'aime dans ce dessert, c'est son côté gourmand et le craquant du caramel », raconte-t-il.

Quant à Carl Marletti, il rebaptise le saint-honoré Lily Valley, en référence à la boutique de sa femme, fleuriste, et lui offre une note fleurie : « J'incorpore juste quelques gouttes de violette dans la crème pâtissière afin que le goût reste subtil. » Une perle d'argent sur chaque chou, et un nuage de sucre couleur parme pour faire voyager...

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Exigences du mieux-manger : comment innover et développer vos offres

Nous vous recommandons

La paëlla, aux couleurs de l'Espagne

La paëlla, aux couleurs de l'Espagne

Ce plat populaire espagnol fait depuis deux siècles la fierté de la péninsule ibérique. Appréciée dans le monde entier, la paëlla s'offre la liberté de varier les ingrédients... Et[…]

[L'historique] Ile flottante ou oeufs à la neige ?

[L'historique] Ile flottante ou oeufs à la neige ?

La brioche toujours à la fête

La brioche toujours à la fête

La galette des rois, ode à la frangipane

La galette des rois, ode à la frangipane

Plus d'articles