Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Le retour de Batifol

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le retour de Batifol

Batifol revient sur le devant de la scène parisienne, et s’installe face à la gare de l’Est en lieu et place de l’ex Strasbourgeoise.

 Une volonté de que la version 2.0 de Batifol, s’inscrive pleinement dans le registre bistrotier de l’époque, avec un cadre chaleureux mais pas tapageur, et une cuisine qui privilégie le « fait maison » et les produits sourcés avec soin qui suivent le rythme des saisons.

Et aussi que l’addition reste très raisonnable : 25€ hors boissons à peine, pour un repas avec entrée, plat et dessert. Des prix proches de ceux des deux Bouillons Chartier, à Montparnasse et sur les Grands Boulevards.

Mais parce que « n’est pas bouillon qui veut », Batifol revendique haut et fort son statut de bistrot : pour nous, les bouillons sont des lieux de mémoire, avec l’histoire et le décor qui vont avec, et nous n’avons pas voulu céder à l’exercice facile du copier/coller.

 

Conçu par le talentueux décorateur Pierre Canot, le cadre du Bistrot Batifol s’inscrit parfaitement dans la tendance intemporelle et décomplexée du moment.

A droite de l’entrée, un joli comptoir en étain avec des pompes à bière et des chapelets de bouteilles alignées sur des étagères, permet de se poser un instant en attendant son train où de s’installer plus longuement pour un afterwork convivial entre collègues.

 

La belle salle à manger de quelque 180 couverts est divisée en plusieurs espaces accueillants, avec des murs patinés à l’ancienne dans d’apaisants tons ocre, parés d’une collection d’affiches anciennes chinées dans les brocantes, à la gloire des marques de vins, d’apéritifs ou de bières d’autrefois.

Les tables, nappées de blanc, sont ceinturées de sièges bistrot et de confortables banquettes en cuir bordeaux, surmontées de chapelières en laiton doré.

 

 

Enfin, aux beaux jours, grâce à sa façade vitrée escamotable, c’est toute la partie avant de la salle à manger qui peut se transformer en une vaste terrasse ombragée : de quoi faire le bonheur des amateurs de repas en plein air !


Tout est donc fin prêt pour que le Batifol redevienne une nouvelle « place to be » parisienne : un lieu canaille et gourmand où l’on peut passer un très bon moment sans se ruiner.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Etude: 60% des français déclarent vouloir plus que jamais retrouver le chemin des restaurants

Etude: 60% des français déclarent vouloir plus que jamais retrouver le chemin des restaurants

  Les restaurateurs pourront compter sur l’envie des français de retourner au restaurant. D’après une étude réalisée en janvier 20210 par Lightspeed : 60% des français déclarent[…]

La restauration commerciale a perdu plus du tiers de sa fréquentation en 2020

La restauration commerciale a perdu plus du tiers de sa fréquentation en 2020

 Vida, le resto de Juan Arbelaez et Laury Thilleman, s'invite chez Frichti

Vida, le resto de Juan Arbelaez et Laury Thilleman, s'invite chez Frichti

Dark Kitchen : Not So Dark lève 20 millions d'euros

Dark Kitchen : Not So Dark lève 20 millions d'euros

Plus d'articles