Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

LE PNNS APPELÉ À PRENDRE DU POIDS

Jean-François Vuillerme

Sujets relatifs :

LE PNNS APPELÉ À PRENDRE DU POIDS

Christophe Hébert, directeur de la restauration de la ville d'Harfleur, président de l'ANDRM (Association nationale des directeurs de la restauration municipale) "Le PNNS doit travailler davantage avec les associations professionnelles. Elles lui serviraient de relais et lanceraient des projets. Il doit veiller aussi à une mise en cohérence entre ses objectifs et les recommandations du GPEM/DA

© J. Boutilier

Le Programme National Nutrition Santé sera bien reconduit jusqu'en 2008. Mais de nombreux acteurs souhaitent une amélioration du dispositif et des moyens supplémentaires. Faute de quoi, ses objectifs risquent de ne pas être atteints.

Tout un symbole, cette confidentialité ! Le colloque du PNNS organisé le 4 novembre 2004 à la Cité des Sciences constituait un temps fort du programme. Il justifiait, à l'évidence, la présence des médias pour relater, au moins à des publics avertis, « cet événement national de la nutrition », selon les termes de Philippe Douste-Blazy.

Le ministre de la Santé ne faisait-il pas le déplacement à la fois pour dresser un bilan des réalisations de ce grand programme de santé publique, et pour relancer sa dynamique ? Ne venait-il pas aussi pour signer avec les élus de dix communes, dont celles de Paris, Marseille et Bordeaux, les premières chartes « Villes actives » du PNNS ?

Hélas, il n'en fut rien ! Le colloque du PNNS fut réservé aux initiés. Faute d'avoir convié les médias, l'impact de ce colloque sur le public fut donc quasi nul. Ce beau ratage illustre l'une des grandes faiblesses du programme : une communication insuffisante au regard des enjeux.

Pas étonnant, dans ces conditions, que sa notoriété soit demeurée faible, ses objectifs et ses dispositifs souvent méconnus. « Je peux témoigner que le PNNS n'est encore connu ni du grand public, ni des professionnels de la restauration collective et commerciale, assure Marie-Line Huc, diététicienne conseil. Je forme environ 500 personnes par an. Il n'y a pas un stage que j'anime sans que je fasse découvrir le PNNS à 80 % des stagiaires. »

des messages insuffisamment relayés et donc mal compris

Malgré la diffusion massive, à plus de trois millions d'exemplaires, des trois premiers guides alimentaires du PNNS (1), il n'est pas sûr non plus que les Français aient vraiment assimilé leurs recommandations, faute, là aussi, de relais puissants et suffisants pour en expliquer la pédagogie. Les consommateurs ont-ils vraiment fait la différence entre les messages de ces guides, ceux des publicités produits, ceux des rubriques spécialisées de la télévision et de la presse magazine, souvent ciblés sur le seul objectif de maigrir à coup de régimes ? Rien n'est moins sûr.

« Le grand public s'embrouille sur l'origine et le contenu des messages, sans identifier ceux du PNNS, et s'y perd dans les repères de consommation », dit encore Marie-Line Huc. La confusion la plus frappante portait sur les fruits et légumes. L'Interprofession appelait à en consommer dix par jour, toujours frais ; le PNNS en recommandait au moins cinq, dans les cinq gammes disponibles : crus, cuits, frais, surgelés ou appertisées. Cherchez la cohérence !

Cette communication défaillante peut sans doute s'expliquer par les moyens financiers insuffisants dont dispose le PNNS. Ses initiateurs ont voulu multiplier ses outils (référentiels, guides, logos, mallettes, campagnes médias, disques IMC...), ses partenaires (publics, privés, associatifs), ses approches (formation, information, recherche, surveillance) et ses cibles (grand public, groupes à risque, professionnels de santé, de l'éducation, collectivités). Mais disposaient-ils des budgets nécessaires pour mener de front toutes ses stratégies ? Probablement pas.

booster les initiatives régionales et[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

MARC MENEAU « J'AI CHOISI DE ME BATTRE ! »

MARC MENEAU « J'AI CHOISI DE ME BATTRE ! »

Face aux difficultés que traverse son activité, Marc Meneau, chef de L'Espérance (trois macarons Michelin) à Saint-Père-sous-Vézelay ne baisse pas les bras. Il revient pour Néorestauration sur les circonstances de cet accident, livre les grandes[…]

01/02/2007 |
COLONY MISE SUR BUFFALO GRILL

COLONY MISE SUR BUFFALO GRILL

MESURES OU M ESURETTES ?

MESURES OU M ESURETTES ?

MOBILISATION CONT RE LE TRAVAIL ILLÉGAL

MOBILISATION CONT RE LE TRAVAIL ILLÉGAL

Plus d'articles