informations et solutions pour restauration collective commerciale et snacking

espace

abonné

Le marché de la boulangerie industrielle promis à une croissance durable

Publié le

| | | |

Le marché de la boulangerie industrielle promis à une croissance durable

Bread on white background.

© Pain

XERFI-PRECEPTA vient de publier une étude approfondie sous le titre : «Le marché de la boulangerie, viennoiserie et pâtisserie industrielle à l’horizon 2021 - Analyse des perspectives du marché, de l’activité des industriels et des leviers de croissance »

 

 Force est de constater que la boulangerie-viennoiserie-pâtisserie industrielle (BVPI) se porte bien en France. D’après nos calculs, les ménages français ont ainsi dépensé en 2018 environ 7,4 milliards d’euros (+3%) pour acheter ces produits sur un total d’un peu plus 16 milliards avec les produits artisanaux.  Le marché progresse de façon ininterrompue depuis huit ans. Compte tenu du poids croissant des produits industriels sur le marché global de la BVP en France, la consommation des ménages en BVPI s’établira 8,4 milliards d’euros en 2021, dont 3,7 milliards sur le segment du pain (soit 35% du total) et 4,7 milliards sur celui de la viennoiserie (75% du total), selon nos prévisions. Le chiffre d’affaires des industriels de la BVP progressera lui de 5% en 2019, avant de ralentir à l’horizon 2021 (+3% par an), d’après nos projections. Face à une demande globalement bien orientée, de nombreux opérateurs ont réalisé des investissements capacitaires ces derniers mois, que ce soit pour répondre à une demande dynamique en RHF (Bimbo QSR Fleury) ou à l’export (Délifrance, Bridor). La montée en puissance de l’outil industriel contribuera ainsi à la hausse de l’activité du secteur en valeur. En outre, les stratégies de montée en gamme des opérateurs porteront leurs fruits sur les circuits grand public (pains bio, complet, sans gluten etc.) comme sur les circuits professionnels (montée en puissance du précuit surgelé aux dépens du cru surgelé). Seul bémol, il sera difficile pour les opérateurs de revaloriser leur prix, déjà en forte augmentation entre 2017 et 2018 suite à l’envolée des cours du beurre et des œufs. La suppression de la taxe farine au 1er janvier 2019 (15,24 euros la tonne en 2018) pourrait même avoir un effet déflationniste. Baguettes, croissants et autres viennoiseries et pâtisseries industrielles rencontrent par ailleurs un franc succès à l’étranger. Et le fait est suffisamment rare pour être souligné : des entreprises tricolores gagnent des parts de marché à l’international alors que l’industrie alimentaire hexagonale, dans son ensemble, souffre d’un déficit de compétitivité généralisé à l’export.

Quelles sont les catégories d’opérateurs sur ce marché ?

La BVPI regroupe quatre grands profils d’acteurs. D’une part les groupes industriels spécialisés (Pasquier, Norac, Cérélia ou Mademoiselle Dessert) ou diversifiés (Barilla ou Vandemoortele). D’autre part les groupes intégrés : en amont, à l’image des coopératives Vivescia ou Limagrain ou encore de l’entreprise privée Soufflet, ou en aval, tels que Le Duff et Holder, respectivement propriétaires des chaînes Brioche Dorée et Boulangerie Paul, ou encore Les Mousquetaires. Parmi ces opérateurs, certains sont spécialisés dans les pains et viennoiseries surgelés destinés aux circuits professionnels ou à l’export tandis que d’autres sont dédiés aux produits frais préemballés commercialisés en GMS. Dans ces circuits de distribution grand public, de nouveaux affrontements sont à prévoir entre les grandes marques (Pasquier, La Boulangère, Harry’s, Jacquet, Fournée Dorée, etc.) dans les segments porteurs du bio et du « responsable ». Des produits aujourd’hui novateurs mais qui se banalisent pour devenir les futurs standards du marché. Au-delà de la concurrence intra-sectorielle, les circuits artisanaux font de la résistance.

 

Quels sont les principaux leviers de croissance des acteurs ?

Pour maintenir le cap sur la croissance, les industriels de la BVPI peuvent activer plusieurs leviers. Compte tenu de l’image d’excellence de la boulangerie française, la conquête des marchés étrangers, déjà évoquée, est bien sûr l’un d’entre eux. Certains acteurs investissent d’ailleurs directement à l’international, à l’instar de Bridor qui possède désormais six sites de production et de nombreuses enseignes en dehors du marché français. L’extension de l’offre, en particulier vers des produits mieux valorisés par les clients, est un autre levier. Le retour des pains tradition, le sans additif, la naturalité, la transparence et les produits responsables symbolisent cette montée en gamme. Barilla a ainsi lancé sa propre filière Blé responsable en 2018 et investi les marchés sans gluten et bio. Les industriels innovent également pour se positionner sur les créneaux des produits apéritifs et de snacking. En somme, le marché de la boulangerie-viennoiserie-pâtisserie industrielle est promis à une croissance durable.

 Auteur de l’étude : Matteo Neri

 

 

 

Réagissez à cet article

*Informations obligatoires

Donnez votre avis

 

Vos événements et formations

26 septembre 2019

La RHD à l’heure du Healthy

Paris

Tous les événements et formations

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus