Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

Le Lutétia conquis par le bain-marie

Florent Martin

Sujets relatifs :

,
Le Lutétia conquis par le bain-marie

Préparation et taillage de tous les légumes de la garniture.

© ©Bernard MARTINEZ

La cuisson au bain-marie est délicate. Un argument compris par les fabricants qui commercialisent des machines de plus en plus pointues. A l'image de celle basse température dont dispose Philippe Renard au Lutétia.

Depuis une dizaine d'années, les thermoplongeurs et les bains-marie élaborés débarquent sur le marché. Plus précis au niveau de la température que les appareils classiques, ils optimisent la cuisson des produits sous vide. « Ces appareils permettent d'obtenir le couple temps-température idéal afin d'exploiter au maximum le goût et la texture des produits cuisinés », souligne François Hauton, directeur de la société de conseils Crea. A l'origine, les thermoplongeurs étaient utilisés en laboratoire. Aujourd'hui, ils sont en cuisine, livrés avec une pince de fixation et se calent sur le bord du bac. De taille réduite, ils ont une amplitude thermique de 20 °C à 100 °C. Les thermoplongeurs électroniques sont utiles pour les cuissons de capacité moyenne de 13 à 40 litres.

APPAREIL DEUX EN UN

Dans la catégorie supérieure, on trouve les bains-marie à cuisson et refroidissement. C'est ce type de machine dont dispose le chef Philippe Renard à l'hôtel Lutétia, à Paris VIe. A la tête d'une équipe de 40 personnes, il sert quotidiennement près de 1 100 couverts, sept jours sur sept de 5 h 30 à 00 h 30. Dans ses cuisines, il oeuvre pour deux espaces de restauration : la Brasserie Lutétia et le restaurant Paris, établissement gastronomique 1 étoile. Sans oublier le room service des 235 chambres de l'hôtel et la restauration de banquets.

Pour faire face, Philippe Renard a recours à la cuisson à basse température. Dans sa cuisine, il dispose de trois bains-marie traditionnels intégrés aux fourneaux. Ces derniers sont utilisés comme des éléments de remise à température occasionnels. Car, pour réaliser ses cuissons, le chef[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Exigences du mieux-manger : comment innover et développer vos offres

Nous vous recommandons

Oh !.. Poivrier ! renouvelle son offre et son image

Oh !.. Poivrier ! renouvelle son offre et son image

L'enseigne parisienne propose une nouvelle carte saisonnière originale et coloré e. Elle réunit les grands classiques de l'enseigne, mais aussi des nouveautés. L'objectif est de varier l'offre tout en optimisant la qualité des p roduits[…]

01/05/2008 | Vendre
Le restaurant du futur décode le consommateur de demain

Le restaurant du futur décode le consommateur de demain

Lorsque la campagne s'invite à l'école

Lorsque la campagne s'invite à l'école

Thierry Faucher travaille tous les morceaux du veau

Thierry Faucher travaille tous les morceaux du veau

Plus d'articles