Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Le guide Michelin 2007 sort le grand jeu

La rédaction de Néorestauration
La cuvée 2007 du guide Michelin compte 500 adresses supplémentaires, 62 nouveaux étoilés dont 5 décrochent les 3 macarons.
Le palmarès 2007 du guide Michelin, à paraître le 28 février, fait la part belle aux nouveaux établissements et à la gastronomie moderne. 

5 chefs reçoivent la récompense suprême et les trois macarons tant désirés :
  • Yannick Alléno du Meurice à Paris
  • Frédéric Anton du Pré Catelan à Paris
  • Pascal Barbot de L'Astrance à  Paris
  • Jacques Lameloise au Lameloise à Chagny en  Saône-et-Loire 
  • Anne-Sophie Pic à Valence dans la Drôme qui devient la seule femme trois étoilée de France. La nouvelle dame de Pic est fille et petite-fille d'étoilé. Elle permet de redonner à la «Maison Pic» de Valence ses 3 macarons. Ils avaient été gagnés puis perdus par son grand-père André en 1945. Le guide les avait ensuite accordés à Jacques Pic son père mais les avait retirés au restaurant en 1995.

Au total, ce sont désormais 26 établissements qui peuvent s'enorgueillir des 3 macarons, 65 pour les 2 étoiles dont 7 nouveaux et 436 qui affichent 1 étoile dont 50 nouveaux !
 
Les Ambassadeurs (Jean-François Piège) à Paris  et le Château Cordeillan-Bages (Thierry Marx) à Pauillac (33) font leur entrée dans la catégorie espoirs, antichambre des stars et qui compte cette année 19 élus dont 9 nouveaux établissements.

On notera également, parmi les nombreux promus, l'obtention de la deuxième étoile par Nicolas Le Bec (Lyon) ainsi qu'une première étoile pour le restaurant Chez Camillou (Aumont-Aubrac), établissement où se sont succédé plusieurs générations de la famille Attrazic. Les fourneaux étant désormais tenus par Cyril, fils de Francis.

Les Bib gourmands font également le plein avec une sélection de 489  établissements dont 85 nouveaux. Ils récompensent des restaurants proposant une cuisine de qualité au prix maximum de 28 € en province et 35 € à Paris.

Côté rétrogradation, 2 établissements parisiens vacillent et devront se « contenter » de 2 étoiles.  Il s'agit du Taillevent, triple étoilé depuis 33 ans, et Le Cinq, le restaurant de l'hôtel Four Seasons - George V dont Philippe Legendre avait, en peu de temps, redoré le blason au plus haut niveau. Deux  restaurants trois étoiles ont perdu quant à eux toutes leurs étoiles, ayant changé de statut: La ferme de mon père, l'hôtel-restaurant hivernal de Marc Veyrat à Megève et le Buerehiesel d'Antoine Westermann à Strasbourg. Quant à  L'Espérance de Marc Meneau à Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne) actuellement en difficulté financière, il voit, comme prévu, ses trois étoiles mises « entre parenthèses »...



Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

 Fermeture des restaurants d’hôtels : « Une décision consternante et stigmatisante »

Fermeture des restaurants d’hôtels : « Une décision consternante et stigmatisante »

 « Cette décision « hors sol » met en péril encore plus notre activité déjà très très réduite par ce 2e confinement. Cette décision ne se justifie en rien par[…]

Laurent Villa:  comment  les restaurateurs vont-ils pouvoir survivre ?

Laurent Villa: comment les restaurateurs vont-ils pouvoir survivre ?

Webinar: les professionnels de l’hôtellerie-restauration et l’avenir de leur métier

Webinar: les professionnels de l’hôtellerie-restauration et l’avenir de leur métier

 Le CEFPPA d'Illkirch lance une vaste campagne de recrutement

Le CEFPPA d'Illkirch lance une vaste campagne de recrutement

Plus d'articles