Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Le groupe Bernard Loiseau maintient le cap

La rédaction de Néorestauration
Bernard Loiseau SA réalise en 2002 un chiffre d'affaires consolidé de 11,2 M€, comparable à celui de 2001. Son résultat net s'élève à 0,8 M€.

En dépit de la disparition en février 2002 de son fondateur, le groupe Bernard Loiseau a démontré qu'il est en mesure d'assurer sa pérennité. Il affiche un chiffre d'affaires consolidé de 11,2 M€, équivalant à celui de l'exercice précédent. L'activité du Relais & Châteaux de Saulieu progresse de 1,2 % à 7,1 M€ et celle du restaurant gastronomique est en augmentation de 0,2 % à 4,7 M€. En revanche, l'activité globale des trois Tante parisiennes accuse un léger recul de 1,1 % à 3,4 M€, en raison de la baisse de fréquentation de Tante Marguerite au premier semestre. Les parlementaires, clientèle majoritaire de l'établissement, étaient alors en campagne électorale.
La marge brute consolidée atteint 8,7 M€, soit 77,1 % du CA, une performance comparable à celle de 2001. En revanche, le résultat net est en diminution de 23,9 % à 0,8 M€, de même que l'Ebitda, en baisse de 8 %, à 2,3 M€. Le dividence par action, voté en assemblée générale, s'élève à 0,11 €, soit un rendement de 5 % par rapport au cours actuel.
Sur le premier semestre 2003, le groupe a été handicapé par le contexte économique qui affecte l'ensemble du secteur de l'hôtellerie-restauration. Ainsi l'activité du Relais & Châteaux et de la boutique enregistrent un recul de 21,9 %, tandis que les restaurants parisiens, Tante Jeanne, Tante Marguerite et Tante Louise résistent bien.
Compte tenu du fléchissement de la consommation et du recul de la fréquentation touristique, le chiffre d'affaires de Bernard Loiseau SA pourrait accuser un retrait de 20 % à la fin de l'année.
En dépit d'une réduction de frais généraux et d'une diminution de la voilure, le résultat courant sera aussi affecté. Toutefois, le résultat exceptionnel de 2003, enregistrant les indemnités versées consécutivement au décès de Bernard Loiseau, permettra de dégager un résultat net fortement bénéficiaire.
Par ailleurs, le groupe s'appuie, aujourd'hui, sur une structure financière solide avec un endettement totalement apuré et 8,1 M€ de fonds propres, une économie annuelle de 667 000 € et de faibles besoins de trésorerie, car tous les programmes d'investissements ont été conduits à terme.
En outre, l'activité consulting se poursuit dans de bonnes conditions avec le maintient des contrats conclus avec Agis et Manotel et la signature d'un nouveau partenariat avec le groupe Marne et Champagne, à travers la marque Besserat de Bellefon.
Domique Loiseau, présidente du groupe, a réaffirmé sa confiance dans la compétence des équipes dont le professionnalisme et la forte motivation permettront de perpétuer l'esprit du fondateur. Elle a souligné, par ailleurs, la force de  la marque Bernard Loiseau, de même que la fidélité de la clientèle à l'égard de la Côte d'Or.

pcecconello@neorestauration.com

 

 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

30% des Français veulent retourner au restaurant dès la première semaine de réouverture des salles

30% des Français veulent retourner au restaurant dès la première semaine de réouverture des salles

  Au lendemain de la réouverture au public des salles de restaurants, et des terrasses pour l’Île-de-France, qu’en pensent les consommateurs? La société d’études NPD Group vient de publier[…]

Big Mamma en terrasse dès le 2 juin

Big Mamma en terrasse dès le 2 juin

Les fournisseurs du hors-domicile réagissent à l’annonce de la réouverture des salles

Les fournisseurs du hors-domicile réagissent à l’annonce de la réouverture des salles

Pour Christopher Jones, DG de Sushi Shop, « Le business est devenu très imprévisible »

Pour Christopher Jones, DG de Sushi Shop, « Le business est devenu très imprévisible »

Plus d'articles