Le GNI monte au créneau sur la réforme de l’assurance-chômage

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le GNI monte au créneau sur la réforme de l’assurance-chômage

« Manifestement le Gouvernement n’a pas compris le message des gilets jaunes et le ras le bol fiscal de nos concitoyens à qui l’on demande une nouvelle fois de payer. » Didier Chenet, Président du GNI, n’y va pas par quatre chemins pour réagir, par communiqué, aux annonces sur la réforme de l’assurance-chômage. Les raisons de la colère : la mise en œuvre d’un système de bonus-malus sur les contrats courts à compter du 1er janvier 2019 dans le secteur de l’hébergement et de la restauration. La « taxe extra » longtemps crainte par le GNI, le Groupement National des Indépendants de l’Hôtellerie & de la Restauration, et tout particulièrement par les traiteurs organisateurs de réceptions sera finalement contenue. Il en coutera aux traiteurs (ainsi qu’à tous les patrons d’hôtel, de café et de restaurant) et donc à son client 10 euros par extra embauché. Une taxe extra à laquelle va venir s’ajouter un malus de l’ordre de 3 à 5% de la masse salariale des entreprises du secteur. Pour Aziz Bentaleb, Président de la branche professionnelle des Traiteurs Organisateurs de Réceptions au GNI, « c’est un coup de massue pour nos entreprises à forte intensité de main d’œuvre. Le coût est exorbitant. Rendez-vous compte, un mariage de 100 convives à 100 euros va coûter plus de 650 euros de plus ! Je ne peux pas les prendre à ma charge et mes clients n’ont pas les moyens de payer un tel supplément. Je ne sais pas comment nous allons faire ! »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

DérogConso : un service pour les professionnels confrontés aux modifications temporaires de recettes et dérogation d’étiquetage

DérogConso : un service pour les professionnels confrontés aux modifications temporaires de recettes et dérogation d’étiquetage

Face aux difficultés d’approvisionnements de produits alimentaires, liées à la crise en Ukraine, la DGCCRF lance un service permettant aux professionnels d’effectuer une demande de modification temporaire de recettes et de dérogation...

Brasseurs de France sonne l’alerte face à la hausse des coûts de production

Brasseurs de France sonne l’alerte face à la hausse des coûts de production

La Maison Louis Jadot s'engage pour la restauration

La Maison Louis Jadot s'engage pour la restauration

 Guerre en Ukraine et dérogations d’étiquetage

Guerre en Ukraine et dérogations d’étiquetage

Plus d'articles