Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

Le foie gras se plaît en sous-vide

Brigitte Taunais

Sujets relatifs :

,
Le foie gras se plaît en sous-vide

Une recette de Pierre Lecoutre (Le Dôme du Marais) Sorti de sa poche, le foie gras servi au convive a gardé toute sa fraîcheur.

©

Cuire son foie gras sous vide, c'est la garantie d'une grande qualité pour peu de perte. Le process libère le restaurateur des préoccupations de gestion de stock, de fraîcheur et même d'hygiène.

Le foie gras sous vide ? Tous mes clients sont au courant, ils passent même exprès à la boutique pour en acheter ! », s'enorgueillit Jean-Jacques Daumy, chef de La Cognette, à Issoudun. À croire que, dans le Berry, le sous-vide a gagné ses galons de méthode sécuritaire plus rapidement qu'ailleurs ! C'est bien la sécurité, justement, qui anime Jean-Jacques Daumy, « Le sous-vide me rassure », poursuit le chef, qui élabore son foie gras ainsi depuis quinze ans.

un cahier des charges strict pour le fournisseur

Une méthode qui commence par les exigences d'un bon produit et l'établissement d'un cahier des charges avec son fournisseur, Rougié. Ainsi, à la commande, le foie doit-il avoir été éviscéré à chaud, « de manière à ne pas l'abîmer », explique Jean-Jacques Daumy.

Le temps écoulé entre l'abattage et la livraison ne doit pas non plus excéder quarante-huit heures. Par souci de sécurité, les foies arrivent à La Cognette conditionnés individuellement sous vide « parce que le foie gras est un élément très fragile qui s'oxyde rapidement », justifie le chef. Enfin, chaque foie ne doit pas excéder 500 g, car sa grosseur signe l'âge d'un canard. Autre élément indispensable : la traçabilité du produit. Jean-Jacques Daumy connaît avec précision le producteur de chaque foie. Tous ces critères rigoureusement respectés par le fournisseur sont à la base d'une première assurance pour le restaurateur.

Sitôt livrés, les foies sont stockés à 10-12 °C pour les attendrir. Cinq ou six heures plus tard, ils sont dénervés, puis déposés une nuit entière à couvert à 2 °C dans une marinade à base de madère. Le lendemain matin, ils sont assaisonnés et prémoulés dans de grosses terrines rectangulaires pour leur donner une forme oblongue. Puis le chef procède à leur mise sous vide dans des poches longues (type saumon fumé) ; ils sont ensuite replacés dans leur terrine. Arrive enfin la cuisson, à 100 °C pendant cinquante minutes au[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Auxerre adopte la démarche QualiEnfant

Auxerre adopte la démarche QualiEnfant

Misant sur la qualité globale du repas des jeunes convives, la Ville d'Auxerre s'est engagée dans la démarche de labellisation QualiEnfant. Un an après sa mise en place, les indicateurs révèlent que la qualité est au rendez-vous et le personnel[…]

01/05/2007 | Initiative
LES PÂTES QUI CHANGENT

LES PÂTES QUI CHANGENT

Le Buerehiesel ne renie pas ses étoiles

Le Buerehiesel ne renie pas ses étoiles

LE RIZ DES INCAS

LE RIZ DES INCAS

Plus d'articles