Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Le croque-monsieur, un centenaire toujours en forme

FLORENT BEURDELEY
Le croque-monsieur, un centenaire toujours en forme

© Maria Bochkova/Thinkstock

Emblème des brasseries et bistrots de la capitale, au même titre que l'oeuf mayonnaise, le croque-monsieur est à la fois patrimonial et tendance. Et s'exporte même aux États-Unis.

C'est sûrement le plus célèbre des sandwichs. Créé en 1910 par un patron de café du boulevard des Capucines (Paris 2e), qui aurait affirmé à ses clients qu'il se composait de chair humaine, le croque-monsieur n'est pas réservé aux cannibales. Marcel Proust l'évoque en ces mots dans À l'ombre des jeunes filles en fleurs : « Or, en sortant du concert, comme, en revenant sur le chemin qui va vers l'hôtel, nous nous étions arrêtés, ma grand-mère et moi, pour échanger quelques mots avec Mme de Villeparisis qui nous annonçait qu'elle avait commandé pour nous à l'hôtel des "croque-monsieur" et des oeufs à la crème. » Des madeleines au croque-monsieur, il n'y aurait qu'un pas, puisqu'une version de Claudine Brécourt-Villars, auteur de Mots de table, mots de bouche, explique que « le mot croque-monsieur a été pour la première fois attesté chez Proust », en 1919. Seule certitude : il est invariable. Exit donc les « croque-messieurs ».

Symbole français, il sait se vendre. À New York, sur la 13e rue, un lieu lui est consacré, la Maison du Croque Monsieur. À Paris, il reste chasse gardée des brasseries. Mais en régions, des concepts se montent autour du célèbre sandwich : Madame Croque Monsieur à Nantes, The Crock 'n' Roll à Lyon... « Il nous a semblé logique d'ouvrir un concept de snacking autour d'un plat justement créé pour être mangé rapidement », observe Paul Pastré, gérant de Madame Croque Monsieur. À la carte, une dizaine de versions composées de produits locaux. À la clé : une marge de 70 %, sur un ticket moyen de 7 E.

 

Béchamel or not béchamel ?

 

Qu'en est-il de la recette du « vrai » croque-monsieur ? Pain de mie, jambon, fromage, beurre, jusqu'ici, tout le monde est d'accord. Mais la béchamel crée le débat. Hérésie ? Offense au croquant ? Françoise Bernard, 93 ans, gardienne des valeurs de la cuisine française, affirme, dans Les recettes faciles : « Du pain de mie, du jambon de Paris, du gruyère, du beurre, et à la poêle tout le monde. » Le Grand Larousse gastronomique est plus permissif : « On peut napper le dessus d'une béchamel au gruyère et faire gratiner. Servi avec un oeuf sur le plat à cheval, le croque-monsieur prend le nom de "croque-madame". » Mais c'est une autre histoire...

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Objectif 2022 : quel modèle de restauration

Nous vous recommandons

Le renouveau de Léon de Bruxelles

Le renouveau de Léon de Bruxelles

Léon de Bruxelles annonce son renouveau avec une première ouverture en nouveau concept à Aéroville Léon de Bruxelles opère une refonte totale de son concept et de son image, depuis son rachat par[…]

Des vacances françaises sous le signe de la redécouverte des terroirs

Des vacances françaises sous le signe de la redécouverte des terroirs

Rennes : 2e adresse pour le Chef étoilé Julien Lemarié

Rennes : 2e adresse pour le Chef étoilé Julien Lemarié

Poule et Toque s’engage pour le Nutri-Score

Poule et Toque s’engage pour le Nutri-Score

Plus d'articles