Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Le chef Indra Carrillo ouvre « La Condesa » à Paris

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le chef Indra Carrillo ouvre « La Condesa » à Paris

Le chef Indra Carrillo, 29 ans, ouvre son premier restaurant La Condesa, niché rue Rodier dans le 9ème arrondissement de Paris. Après plusieurs mois de travaux, le restaurant, entièrement designé par Camille Flammarion met en scène chaque jour seulement 24 couverts. Le nom de La Condesa fait référence au quartier du centre de Mexico où il passa son enfance. C’est un hommage à sa terre natale qu’il inaugure en plein Paris. Indra Carrillo, avec pour seule ambition l’excellence, va ainsi pouvoir jouer à sa manière, sa partition culinaire : une haute cuisine rythmée et gastronomique.

La cuisine

Avec ce lieu parisien, Indra Carrillo, chef propriétaire, revendique une cuisine française ponctuée d’influences internationales qu’il rapporte de ses différentes expériences et voyages autour du monde. Chaque jour, il concocte des menus carte blanche grâce aux produits de saison du marché, selon ses inspirations.

Une cuisine française, généreuse et maîtrisée à la perfection. « Après des mois de recherches pour le lieu idéal et de travaux, je suis très heureux aujourd’hui de pouvoir m’installer à Paris et de proposer aux parisiens ma vision de la cuisine française » précise Indra Carrillo. Grâce à ses nombreux voyages et expériences internationales, Indra Carrillo a pu éduquer son palais, acquérir des méthodes de travail variées, s’adapter à son environnement et tout simplement se forger une identité culinaire. La Condesa est sans aucun doute le restaurant où chacun peut découvrir une cuisine française précise et audacieuse.

La carte

Chaque plat reflète sa grande technicité et son savoir-faire comme par exemple les « agnolottis de courge et son bouillon rôti avec huile de piment, poudre de sauge et lard de colonatta » ou bien encore le « veau mariné avec les algues Kombu, haricot salicornes persil, émulsion de champignons et jus de viande » ou tout simplement sa « gelée de pastèque, tomate, grenade et sorbet hibiscus fumé ». Chaque jour, le chef propose un menu déjeuner (entrée, plat, dessert) à 30 euros mais également 2 menus « carte blanche » de 4 ou 6 plats à 48 et à 68 euros. Le soir, seuls les 2 menus « carte blanche » sont proposés. Des accords mets-vins peuvent être aussi suggérés.

Le restaurant

Le décor élégant, intime et harmonieux, signé Camille Flammarion, architecte (l’Hôtel des Galeries à Bruxelles notament), donne le ton. Des miroirs muraux ainsi que la cuisine semiouverte pour une plus grande clarté et transparence, donne à ce lieu un attrait remarquable. Les murs en bois peints, les banquettes vertes, les chaises danoises en velours dessinées par Verner Panton, les appliques murales noires et les tables en bois brut confèrent à ce lieu une ambiance décontractée et contemporaine où le voyage prend le pas.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Exigences du mieux-manger : comment innover et développer vos offres

Nous vous recommandons

Mourchevel, une station éphémère au sommet du Mont Valérien

Mourchevel, une station éphémère au sommet du Mont Valérien

C’est à Suresnes, au sommet du Mont Valérien, à 162m d’altitude, que s’installe du 6 décembre au 1er mars 2020 le nouveau restaurant éphémère Mourchevel. Une initiative des[…]

Pâtes, comment les mangerons-nous en 2050 ?

Pâtes, comment les mangerons-nous en 2050 ?

19ème édition "Novembre, le mois des Produits Tripiers"

19ème édition "Novembre, le mois des Produits Tripiers"

Paris célèbre la 1ere édition de la World Pasta day

Paris célèbre la 1ere édition de la World Pasta day

Plus d'articles