Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Lave-vaisselle, des machines performantes et économes

FLORENT BEURDELEY

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Cheval de bataille des fabricants de lave-vaisselle, la lutte en faveur des économies d'énergie a franchi un nouveau palier. Désormais matures, leurs stratégies s'exportent sur la plupart des modèles d'une gamme.

Que ce soit Winterhalter avec le système de récupération de chaleur PT Climate Plus, Hobart avec la technologie AUP qui limite le prélavage, Ali Comenda avec le DHM qui récupère directement les déchets, ou Granuldisk avec le condenseur de buée, les fabricants de lave-vaisselle se sont tous penchés sur la problématique des économies d'énergie. Sans pour autant négliger la qualité du lavage final.

2014 a été riche de nouveautés dans la laverie professionnelle, avec des machines plus économiques et modulables. La haute technologie, omniprésente, autorise une gestion de l'eau intelligente et adaptée à l'utilisation réelle de la machine. La chaleur n'est plus perdue, comme l'électricité, avec des machines qui se nettoient automatiquement et en profondeur, évitant de surconsommer à cause d'éléments entartrés.

Intégrer une pompe à chaleur récupérant les calories présentes dans une cuisine, il fallait y penser ! « Nous avons constaté que l'atmosphère en cuisine est souvent surchauffée et humide. Il nous a semblé évident d'intégrer une pompe à chaleur sur nos appareils afin de récupérer les calories dans l'air ambiant, qui servent à chauffer la machine. L'air refroidi et sec est expulsé vers les cuisines », explique-t-on chez Winterhalter. Résultat : 75 % en moins de chaleur générée dans la pièce.

Prélavage manuel superflu

Du côté d'Ali Comenda, on utilise la force hydraulique pour prélaver la vaisselle tout en limitant la consommation d'eau. « Les jets multidirectionnels aux divers angles de projection éliminent les déchets et retardent la saturation des filtres sur les autres cuves de la laveuse. Installé en première zone de la machine et en amont du prélavage, le DHM remplace avantageusement la traditionnelle détrempe par douchette, qui est une forte consommatrice d'eau propre », explique Livio Brugnoli, directeur technico-commercial de la marque. Autre avantage : le DHM fonctionne en circuit fermé. La cuve est alimentée constamment par le débordement de l'eau du prélavage plus un apport d'eau propre, dont la fréquence et la durée sont programmables. Au final, le système consomme 1 litre d'eau par minute, contre 13 litres d'eau pour le système de prélavage traditionnel à douchette.

Autre fabricant à s'être sérieusement penché sur le sujet, Hobart, avec son modèle Premax AUP, présenté par la marque comme « le plus économique des lave-vaisselle à capot sur le marché mondial ». La marque s'est elle aussi intéressée à la phase de prélavage manuel pour trouver une alternative. « La machine extrait les salissures pendant le cycle de lavage, rendant ainsi le prélavage manuel superflu, explique Véronique Fusil, en charge du marketing chez Hobart. Ainsi, la qualité de l'eau de lavage est maintenue, même si la vaisselle est très sale. Plus besoin de remplissage d'eau supplémentaire pendant le fonctionnement de la machine. » Hobart revendique une consommation d'eau de 1,4 litre par cycle.

De nombreux leviers

Dans cette course aux économies, chaque marque investit en recherche et développement pour proposer des machines toujours plus économes. Comme Thirode, avec sa nouvelle gamme Orane LB Pro, qui s'inscrit activement dans la démarche HQE. Les machines de cette gamme réalisent de grandes économies d'énergie en évitant de cumuler les puissances de chauffe : en effet, le surchauffeur fonctionne en alternance de la résistance de cuve. Par ailleurs, les pertes caloriques par les parois sont limitées grâce au capot à double enveloppe. Enfin, les matériaux composant les machines Orane LB sont recyclables à 95 %.

Mais pour limiter l'investissement des professionnels, il existe d'autres leviers. C'est ce qu'a pensé Granuldisk avec la Granule Maxi. Cette machine à chargement frontal est désormais disponible, comme l'intégralité de la nouvelle gamme, en version eau froide. « Cela évite l'investissement coûteux dans un adoucisseur d'eau chaude, très onéreux », explique Patrick Soubies, directeur commercial.

Rapidité d'exécution

Chez Electrolux, l'économie d'énergie est également au coeur de la réflexion. Avec la nouvelle machine à capot Green et Clean, capable d'effectuer jusqu'à 80 cycles par heure, la fabricant a également joué la carte de la rapidité d'exécution. Et lutte aussi contre le gaspillage d'électricité : « Cette machine intègre un système de détartrage de l'intégralité du circuit hydraulique, y compris la chaudière à l'intérieur de la chambre de lavage, ce qui permet à la laveuse de fonctionner dans des conditions optimales, en évitant une surconsommation électrique due au calcaire qui, en se déposant sur les résistances, forme un isolant et ralentit la chauffe de l'eau », explique Alain Poisot, chef de marché laverie. Pour le traitement de l'eau, la marque intègre une triple filtration sur cuve de lavage avec évacuation des résidus à chaque cycle permettant de régénérer l'eau de lavage.

En amont de la chaîne de lavage, certains fabricants, comme Ecolab, proposent des solutions pour réduire encore la facture énergétique en rationalisant le travail de la machine. La solution Apex d'Ecolab permet un dosage extrêmement précis des produits lessiviels selon le degré de salissure.

Une preuve de plus que la prise de conscience sur le sujet de l'écologie touche l'ensemble de la chaîne.

« Installé en première zone de la machine et en amont du prélavage, le DHM remplace avantageusement la traditionnelle détrempe par douchette. » Livio Brugnoli, Ali comenda

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Le Reflet, restaurant extraordinaire, lance l’opération soutien aux étudiants

Le Reflet, restaurant extraordinaire, lance l’opération soutien aux étudiants

Le Reflet est un restaurant extraordinaire, situé au coeur du quartier du Marais, Paris 3e. Sa particularité ? La majorité de son équipe est composée de personnes porteuses d’une trisomie 21. Plus[…]

Tendances de la restauration et du retail en 2021

Tendances de la restauration et du retail en 2021

Küto: la nouvelle dark kitchen multimarques au savoir-faire gastronomique

Küto: la nouvelle dark kitchen multimarques au savoir-faire gastronomique

Mais c'est pour quand, cette réouverture des restaurants ?

Sondage

Mais c'est pour quand, cette réouverture des restaurants ?

Plus d'articles