« La vitrine d’un établissement est aujourd’hui d’abord sur le web ! », Karen Serfaty, fondatrice du salon FoodHotel Tech

YANNICK NODIN

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« La vitrine d’un établissement est aujourd’hui d’abord sur le web ! », Karen Serfaty, fondatrice du salon FoodHotel Tech

Plus que quelques semaines avant la tenue de FoodHotel Tech, qui se tiendra les 16 et 17 mars prochains, Porte de la Villette, au Paris Event Center. L’occasion de faire le point sur les nouveautés du salon avec sa fondatrice. Propos recueillis par Yannick Nodin

La quatrième édition parisienne de Food Hotel Tech approche, comment se présente-t-elle ?

Nous poursuivons une dynamique qui est aussi celle de l’industrie, avec 8000m² d’exposition contre 6000 l’année dernière, 250 exposants en ligne de mire, et 8000 visiteurs attendus contre 6000 en 2019. Le salon a gagné en crédibilité, en notoriété aussi, et nous travaillons pour que ce rendez-vous métier soit le plus efficace possible. Il y a aujourd’hui un alignement de planète entre l’offre et les besoins des opérateurs, associer tech et restauration est devenu naturel. Les restaurateurs indépendants viennent en nombre au salon, mais les chaînés sont là aussi, comme les SRC, qui s’intéressent de près aux pépites de la foodtech, et par le jeu des acquisitions, sont parfois elles-mêmes exposantes.

Quelles nouveautés pour cette édition ?

Nous avons essayé d’apporter de nouvelles complémentarités à notre segmentation. A côté de nos 3 piliers qui sont mieux gérer son back-office, mieux vendre, et améliorer l’expérience-client, nous lançons une nouvelle verticale : SmartHotel-Resto, qui rassemble les objets connectés et solutions qui vont rendre une salle, une chambre ou un immeuble intelligents. Cela va des économies d’énergie et d’eau à la domotique et la surveillance intelligente. Par exemple des poignées et pommeaux autonettoyants pour les sanitaires, des ambiances lumineuses pilotées depuis son smartphone, des frigos et fours connectées, qui permettent une gestion plus fine des stocks… Nous espérons rassembler l’offre d’une vingtaine d’exposants sur cet espace.

Quelles principales évolutions observez-vous sur l’offre ?

Les segments qui poussent sont ceux que l’on retrouve aussi sur d’autres industries. La Fintech se spécialise sur la restauration, notamment via les portefeuilles électroniques, installés sur smartphones. Ce sont des solutions qui deviennent en même temps des outils de fidélisation, avec des réductions, du cash-back vers des actions caritatives, des accès privilégiés à d’autres enseignes, des services click & collect. Les applis de paiement deviennent des leviers de services. L’autre évolution forte concerne la gestion de la data : les outils CRM se développent, et apportent de plus en plus de fonctions pour tirer parti des données du restaurateur. Les opérateurs, chaînés bien sûr mais aussi les indépendants, comprennent que les outils CRM gratuits des plateformes de livraison présentent un risque, et que l’on peut valoriser sa data par d’autres moyens. Il faut également noter des services de plus en plus performants sur les traductions de menus, avec mention des allergènes, restitution des origines des matières premières, qui peuvent être aujourd’hui faites de façon instantanée, via QR Code. Il y a beaucoup d’offre là-dessus. Le prédictif, notion encore très émergente, il y a seulement quelques années, commence à rentrer dans un champ applicatif : gérer ses flux en prévoyant sa file d’attente, savoir quel type de menu ou d’offre pousser en fonction du lieu, du jour ou de la météo…

Avec, pour relayer l’intérêt des outils digitaux, un programme de conférences toujours cossu…

Les conférences sont des moments-clés de Food Hotel Tech. Cette année, Bernard Boutboul viendra faire une présentation en keynotes sur le parcours digital en restauration, Google viendra expliquer comment aujourd’hui on cherche et on sélectionne son établissement sur internet, Tripadvisor apportera ses conseils et techniques pour mieux faire remonter les avis sur sa plateforme. Ce sont des conférences gratuites, très suivies, qui apportent des clés de compréhension sur ce que la tech apporte et va apporter à la restauration, à commencer par plus de visibilité dans un marché hyper-concurrentiel. Aujourd’hui, la vitrine d’un établissement est aussi, et peut-être même d’abord, sur le web !

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

05
dé - Paris
IN-NEO AWARDS

Primer les acteurs qui participent a l’évolution de la RHD

Nous vous recommandons

Xavier Marchese, CEO de Dood, « Notre ambition est de tisser une toile entre les restaurateurs et les consommateurs »

Interview

Xavier Marchese, CEO de Dood, « Notre ambition est de tisser une toile entre les restaurateurs et les consommateurs »

Depuis sa création en 2018, DOOD accélère la digitalisation du Foodservice en proposant des solutions aux grands comptes et aux indépendants, et enregistre plus de 2000 points de vente équipés. Xavier Marchese, un des quatre fondateurs...

07/11/2022 | Digitalisation
Pazzi, le robot pizzaïolo, c’est fini

Pazzi, le robot pizzaïolo, c’est fini

Pour Simon Ferniot, CEO de Seafood Reboot, « Nos modèles alimentaires sont à une croisée des chemins »

Pour Simon Ferniot, CEO de Seafood Reboot, « Nos modèles alimentaires sont à une croisée des chemins »

Seafood Reboot lève 3,2 millions d’euros pour préparer ses substituts aux produits de la mer

Seafood Reboot lève 3,2 millions d’euros pour préparer ses substituts aux produits de la mer

Plus d'articles