La surproduction des cantines scolaires nantaises sous l’œil de l’IA

Frédéric Thual (à Nantes)
La surproduction des cantines scolaires nantaises sous l’œil de l’IA

La ville de Nantes expérimente les technologies de l’Intelligence Artificielle (IA) pour prédire le nombre de repas dans les cantines scolaires et limiter la surproduction dans la cuisine centrale. Plusieurs collectivités pourraient lui emboîter le pas.

« C’est un outil d’aide à la décision que les agents de la cuisine centrale et des quatre-vingt-sept cantines scolaires décideront d’utiliser ou non, et en aucun cas pensé pour les remplacer», rassure Francky Trichet, vice-président de Nantes Métropole, à l’initiative de l’expérimentation menée depuis le moins novembre dernier dans les cantines scolaires nantaises, où sont quotidiennement préparés 15 à 16.000 repas par jour. Avec une contrainte de taille. En raison d’une politique dite de « table ouverte » voulant offrir un accès régulier à des repas équilibrés, la collectivité permet aux enfants de s’inscrire le matin pour déjeuner le midi. D’où une certaine difficulté dans les prédictions. Appelée à la rescousse, l’intelligence artificielle a ausculté l’activité de l’année 2019 et montré une surproduction de 9.6%, soit plus de 1400 repas par jour.

Analyser dix années de données pour mieux prévoir l'activité

Pour en arriver là, la ville s’est appuyée sur le savoir-faire de deux startups (Vertegoo et MaestrIA Innovation) spécialisées dans l’intelligence artificielle. Chacune d’elle a construit son propre algorithme ; l’un sur l’activité de la cuisine centrale, l’autre sur les données des écoles. Pour cela, il a fallu les entraîner en leur faisant ingurgiter des données de fréquentation, de lieux, d’épidémies, les types de menus, les périodes de fêtes, de grève, etc. Dix années de données ont ainsi été avalées. Une analyse impossible pas un humain. Résultat, si l’IA avait piloté l’activité de 2019, la surproduction serait tombée à 6,5%. « Trois points, c’est 430 repas en moins ! », se réjouit Francky Trichet.  « Il ne s’agit pas seulement de produire au plus juste pour éviter les surplus alimentaires qui, de toutes façons, ne sont pas gaspillés, mais redistribués dans le circuit des associations caritatives, mais de prendre en compte l’ensemble de la chaine. On va ainsi économiser sur les achats, la fabrication, la logistique, et là, on limite l’impact environnemental sur la planète», raisonne l’élu.

Le meilleur combo, la prédiction de l'IA + l'expertise des agents

Malgré les aléas sanitaires, l’expérimentation, financée à hauteur de 30.000 euros, doit se poursuivre en 2021, et permettre la création d’une plateforme web accessible aux agents que l’on souhaite impliquer dans la démarche. « C’est essentiel, indique Florent Bedecarrats, Data scientist, recruté par la ville pour accompagner l’utilisation de l’I.A dans les politiques publics, si la machine est excellente pour se prononcer sur les évènements réguliers, les agents eux ont la connaissance des besoins du terrain au quotidien ». Sollicitée par plusieurs collectivités (Brest, Montréal…), Nantes ambitionne de faire de sa solution un logiciel Open Source, accessible pas tous, permettant de démocratiser et dédramatiser l’IA, tout en respectant la planète.

Frédéric Thual/janvier 2021       

Nous vous recommandons

Tribune, Frédéric Galliath, dg restauration d’entreprise Elior France : « Le brunch, pause déjeuner de 2023 ? »

Tribune

Tribune, Frédéric Galliath, dg restauration d’entreprise Elior France : « Le brunch, pause déjeuner de 2023 ? »

Les habitudes de travail ont considérablement évolué en l’espace de quelques années. La crise du Covid a obligé les entreprises à adopter un nouveau rythme qui permet aux collaborateurs de concilier plus facilement vie...

07/12/2022 |
La restauration collective face à la crise, constat et solutions

La restauration collective face à la crise, constat et solutions

Les parents refusent le dilemme qualité/prix à la cantine

Les parents refusent le dilemme qualité/prix à la cantine

Bruno Vaquette nommé directeur général de Sodexo France

Bruno Vaquette nommé directeur général de Sodexo France