Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

La fédération des spiritueux réagit aux annonces de taxes de François Fillon

Sujets relatifs :

,
La hausse de la fiscalité sur les « alcools forts » annoncée par le premier Ministre François Fillon signe, selon la Fédération des spiritueux, une nouvelle stigmatisation d’une filière déjà très lourdement taxée.

Dans un communiqué, la Fédération française des spriritueux (FFS), dont les adhérents regroupent plus 700 marques, dénonce la stigmatisation d’une filière déjà lourdement taxée et dont le dynamisme local pourrait être mis à mal. Les producteurs de spiritueux exigent davantage d’équité dans le cadre du plan de réduction du déficit public.
 

1. Un argument de santé publique sans fondement. Il n’existe pas d’alcool fort !
L’entêtement du gouvernement à utiliser le terme « alcool fort », alors qu’aucune donnée scientifique ne permet de différencier les boissons alcoolisées entre elles, renforce la stigmatisation des spiritueux. Quelle que soit la boisson consommée, la quantité d’alcool pur contenue dans un verre standard est, en effet, identique comme l’indique l’Instiut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES). La hausse des prix n’a jamais été une réponse pertinente face à la consommation excessive de boissons alcoolisées. Le gouvernement s’est toujours refusé à prendre les mesures qui s’imposent, notamment en précisant les seuils à partir desquels commence la consommation à risque.

2. Un effort demandé aux seuls producteurs de spiritueux
En cette période de crise économique liée à l’endettement des pays, les efforts doivent être équitablement répartis et non reposer, une nouvelle fois, sur les seules boissons spiritueuses. « Le gouvernement annonçait des mesures équitables ne portant pas prioritairement sur les PME. Or, notre filière est constituée de 95 % de PME représentant 100 000 emplois. Nous constatons que nos produits font, une fois de plus, l’objet d’un traitement particulier et discriminatoire » regrette Jean- Pierre Lacarrièrre,  président de la Fédération Française des Spiritueux.

3. Une discrimination toujours plus forte et infondée
Les boissons spiritueuses sont d’ores et déjà les boissons alcoolisées les plus taxées, contribuant à hauteur de 83 % des recettes fiscales qui pèsent sur les boissons alcoolisées alors qu’elles ne représentent que 22,7 % de la consommation. Depuis plusieurs années, la FFS appelle à une révision de la fiscalité dans le sens d’une taxation de toutes les boissons alcoolisées selon une assiette unique : la teneur en alcool.



 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Exigences du mieux-manger : comment innover et développer vos offres

Nous vous recommandons

Wakaze le premier saké made in Ile-de-France arrive!

Wakaze le premier saké made in Ile-de-France arrive!

  Le saké est enfin devenu français ! C’est à Fresnes, dans le Val-de-Marne, que les premiers sakés français de la maison Wakaze sont attendus prochainement, en novembre 2019. La maison Wakaze,[…]

Rougié opte pour le 100% sans antibiotique

Rougié opte pour le 100% sans antibiotique

Salon des Coqs d'Or: samedi 16 & dimanche 17 novembre

Salon des Coqs d'Or: samedi 16 & dimanche 17 novembre

Winterhalter renforce sa présence dans l’Hexagone

Winterhalter renforce sa présence dans l’Hexagone

Plus d'articles