Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

La Croissanterie enclenche son 2e LBO

Paul Fedele
L'opération était attendue, elle est aujourd'hui confirmée par Jean-Luc Bret à Néorestauration. La chaîne de sandwicherie vient de mandater la banque HSBC pour trouver un remplaçant à Barclay Private Equity, sortant.
Alors que le marché de la restauration est sous tension et que les fonds d'investissement sont à l'affût de « tout ce qui bouge », (SSP n'est plus convoité que par des fonds après l'élimination d'Autogrill et d'Elior, Casino Cafétéria ne serait plus approché que par deux opérateurs financiers, Montagu et Guilde pour un montant, dit-on de près de 270 M€) voilà une autre chaîne de nouveau sur le marché. Du moins les choses viennent de s'officialiser depuis que la banque HSBC a été mandatée pour trouver un opérateur intéressé. Cinq ans après l'entrée majoritaire de Barclays Private Equity dans le capital de La Croissanterie (80 %), la chaîne affiche au compteur 152 unités en Europe pour 65,05 M€ de CA dont 129 points de vente en France (24 en franchise) qui ont réalisé un CA de 57,2 M€ (+ 13 %) et 23 unités en Europe (toutes franchisées). « Nous avons ouvert plus de 45 unités sous l'ère Barclays, la sortie du fonds était bien sûr prévue depuis l'origine comme c'est toujours le cas dans de telles opérations. Ce second LBO s'inscrira  bien évidemment dans la continuité », explique Jean-Luc Bret à Néorestauration. Le président de La Croissanterie par ailleurs président de Procos, a entamé ses consultations et souhaite, dit-il, limiter les échanges avec cinq ou six fonds d'investissement choisis pour boucler l'opération avant fin juin. Il précise même que Barclays est de ceux qui participent à cette nouvelle consultation et pourrait, comme d'autres, être de ceux qui seront de la recomposition du capital.
Le président-fondateur deLa Croissanterie, âgé de 59 ans et qui a créé l'enseigne en 1977, n'exclut pas une montée en puissance du management au capital dont il détient pour le moment 20 %. Quant à la valorisation d'une telle chaîne qui généralement prend pour référence l'excédent brut d'exploitation (EBITDA) : motus du côté du siège. En revanche, en partant d'un multiple compris entre 1 et 1,5 fois le CA 2005 (qui est un multiple qui convient à certains analystes financiers), on pourrait estimer la chaîne dans une fourchette comprise entre 65 et 90 M€.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Webinar: les professionnels de l’hôtellerie-restauration et l’avenir de leur métier

Webinar: les professionnels de l’hôtellerie-restauration et l’avenir de leur métier

Un webinar sera diffusé en direct le mardi 3 novembre 2020 de 10h à 11h sur page Youtube de Bottin Gourmand : https://www.bottingourmand.com/webinar-bottingourmand Une étude menée par l’institut Opinion Way[…]

28/10/2020 | étude
 Le CEFPPA d'Illkirch lance une vaste campagne de recrutement

Le CEFPPA d'Illkirch lance une vaste campagne de recrutement

Sneg & Co demande l’ouverture des débits de boissons entre 6h et 21h dans les zones de « couvre-feu »

Sneg & Co demande l’ouverture des débits de boissons entre 6h et 21h dans les zones de « couvre-feu »

Le 25 octobre, c'est la Journée Mondiale des Pâtes

Le 25 octobre, c'est la Journée Mondiale des Pâtes

Plus d'articles