Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

La Cantin'Yerres, le snacking frais

FLORENT BEURDELEY
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La Cantin'Yerres, le snacking frais

On peut innover aussi en banlieue ! Exemple avec la Cantin'Yerres, un concept malin qui vient d'ouvrir ses portes à Yerres, dans l'Essonne. Pour 9 €, la clientèle peut manger vite et frais, sur place ou à emporter.

En ouvrant la Cantin'Yerres, Marie Ludénia a fait le pari de proposer une cuisine à base de produits frais, sur un format rapide, dans un endroit où l'offre en la matière était quasiment inexistante. Le succès est au rendez-vous : « Le midi, nous sommes très souvent complets », assure-t-elle. Elle propose, pour 9 € de ticket moyen, un repas complet avec une entrée, un plat et un dessert. Une formule qui semble plaire aux employés des bureaux alentour, mais également aux retraités habitant les immeubles juste au-dessus. La vente à emporter représente près de 50% du chiffre d'affaires de l'établissement, mais Marie Ludénia ne compte pas s'arrêter là : « J'aimerais mettre en place une activité de livraison. Mais cela se fera dans un second temps. »

En attendant, cette femme dynamique, jamais à court d'idées, doit aussi faire vivre son établissement le soir. Pas toujours facile en banlieue. « Nous proposons tous les samedis des soirées thématiques, avec des tapas. Du coup, la clientèle est au rendez-vous. » La thématisation des soirées de week-end devrait devenir de plus en plus récurrente. Le mercredi, les enfants sont rois, avec des menus spécialement conçus pour eux. Et la Cantin'Yerres peut également être privatisée pour des anniversaires. Service rapide, produits frais de qualité, carte qui change tous les jours, prix contenus : la recette du succès est là.

 

Des plats chauds préparés à la minute

 

La décoration du lieu est à l'image du concept : simple et convivial, sans chichis et allant à l'essentiel. « Nous voulions que les clients se sentent bien, tout en restant simples. Néanmoins, nous avons veillé au confort, en choissisant soigneusement notre mobilier », explique la propriétaire. Les 50 m2 de surface globale d'exploitation, dont 20 sont dévolus à l'accueil de la clientèle, sont rationalisés au mieux : à gauche, l'espace restauration, avec les tables et les chaises, et à droite, le comptoir et les étagères réfrigérées regroupant la totalité de la vente à emporter.

Pour la partie chaude, c'est le gendre de Marie Ludénia, Guillaume, qui s'y colle. Résultat : les plats chauds sont préparés à la minute et conservent ainsi leurs qualités organoleptiques. La Cantin'Yerres revendique un ticket moyen de l'ordre de 9 €. Pas de quoi décourager les clients réguliers, à partir du moment où le menu change tous les jours.

 

Les clients informés au jour le jour sur Internet

 

Avec son gendre comme seul collègue, les charges salariales de Marie Ludénia ne sont pas significatives. Rénovation et investissements matériels compris, la création de la Cantin'Yerres a nécessité un investissement total de 50 000 €, en incluant la création du fonds de commerce, inexistant jusqu'alors. Un investissement qui devrait vite être rentabilisé, car l'établissement semble avoir trouvé sa vitesse de croisière. Pour conserver un lien avec la clientèle, la Cantin'Yerres a créé son propre groupe Facebook, « une initiative indispensable, selon Marie Ludénia. Aujourd'hui, il est plus que nécessaire de se rendre visible sur Internet. Les clients sont informés au jour le jour de ce que nous proposons. Cela fait aussi partie du service ! »

Le concept, qui lie restauration assise traditionnelle et vente à emporter qualitative, devrait bientôt être dupliqué. Marie Ludénia nourrit quelques ambitions sur le sujet, mais préfère, pour l'heure, rester discrète sur ses projets.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Courtepaille ouvre en pied d'hôtel

Courtepaille ouvre en pied d'hôtel

Un Courtepaille sur un format réduit, propre à capter la clientèle de flux... Voici la nouvelle déclinaison que propose aux hôteliers la célèbre enseigne de grill. Courtepaille vient d'ouvrir,[…]

01/12/2013 | ConceptsLes tendances
Léon de B. importe les moules-frites en centre-ville

Léon de B. importe les moules-frites en centre-ville

Le « so british » M et S Café est de retour

Le « so british » M et S Café est de retour

Villoresi, un laboratoire vert sur l'autoroute italienne

Villoresi, un laboratoire vert sur l'autoroute italienne

Plus d'articles