Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

L'INNOVATION, MOTEUR DE L'ENTREPRISE

Sujets relatifs :

L'INNOVATION, MOTEUR DE L'ENTREPRISE

2,2% C'est le poids de la R & D dans le PIB en France. C'est mieux que la moyenne des pays de l'Union européenne (1,93 %), mais moins que l'Allemagne (2,5 % ), les Etats-Unis (2,7 %) et le Japon (3 %).

© Photos Guetty

Plus de 70 % des entreprises consacrent plus de 3 % de leur chiffre d'affaires à leur département recherche et développement. C'est ce qui ressort d'un sondage exclusif Néorestauration, réalisé auprès des industriels de l'agroalimentaire, de l'équipement, des arts de la table et des nouvelles technologies qui servent les métiers de la restauration. Dans un univers concurrentiel de plus en plus âpre, créer, c'est prendre une option sur l'avenir.

L'innovation est le nerf de la guerre. Du moins, elle constitue le moteur d'une entreprise pour avancer et le carburant qui lui permet d'affronter la concurrence. A la lumière de notre sondage, force est de constater que chaque entreprise possède sa propre définition du mot innovation. Et que, selon les secteurs, les efforts d'investissement en recherche et développement et les moyens mis en oeuvre varient considérablement. Dans un monde industriel où les cadences s'accélèrent et où les échanges sont de plus en plus soumis à la mondialisation, les entreprises doivent, pour exister, innover toujours plus, et toujours plus vite. Développer, c'est prendre une option pour l'avenir mais c'est aussi, et surtout, s'armer face à la concurrence, se développer et créer des emplois. Cela, les pouvoirs publics l'ont bien compris. C'est pourquoi le gouvernement a adopté, en 2003, un ensemble d'orientations qui visent à favoriser le développement de l'innovation en France et à inciter au plus grand usage de la fonction « recherche et développement » par les entreprises. Une démarche qui s'accompagne de mesures fiscales, d'exonérations de charges ou encore de subventions diverses.

La dixième édition du Tableau de bord de l'innovation, présentée en décembre 2003 par la direction générale de l'Industrie, retrace cette réorientation ambitieuse de la politique de soutien public à l'innovation. On constate qu'avec 2,2 % du produit intérieur brut consacré à la R & D, la France fait mieux que la moyenne de l'Union européenne (1,93 %). En revanche, elle en retrait par rapport à l'Allemagne (2,5 %), aux États-Unis (2,7 %) ou encore au Japon qui lui consacre près de 3 % de son PIB. Et surtout, la dépense intérieure en recherche et développement est la plus faible des pays développés sur la période comprise entre 1995 et 2000. Claudie Haigneré, ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies, soulignait l'urgence de la situation au cours du colloque sur le thème « Innover pour construire l'avenir » en 2003 : « Bien que l'innovation soit la clé de notre avenir économique, notre pays est en retard ; il souffre d'une trop faible coopération entre les entreprises et le monde de la recherche. » Dont acte.

Face à ces éléments macroéconomiques qui donnent un éclairage général sur le poids de l'innovation, comparé à la richesse créée par la France (PIB), notre sondage apporte une vision plus « métier » de l'effort consenti en R & D par les entreprises qui fournissent ou accompagnent la restauration.

Alors que 51 % d'entre elles allouent plus de 5 % de leur chiffre d'affaires à l'innovation, force est de constater que les résultats varient fortement selon les secteurs d'activités des entreprises. Alors que 7 sondés sur 10 en agroalimentaire signalent dépenser moins de 3 % de leur chiffre d'affaires dans l'innovation, 100 % des interviewés en nouvelles technologies dépassent les 5 %, et même les 8 % pour les trois quarts.

« Un résultat normal car c'est le métier qui veut ça », explique Éric Blat, responsable marché hôtellerie-restauration-traiteurs de Cegid, éditeur de solutions informatiques. Selon lui, il n'y a aucun domaine qui n'ait autant progressé ces dix dernières années que l'univers des nouvelles technologies. Les performances sont multipliées par deux tous les huit ans. Aussi, celui qui ne veut pas se laisser distancer par la concurrence est condamné à innover et à investir dans la R & D.

Particularité supplémentaire de ce secteur : les éditeurs de logiciels ne sont pas, sauf exception, constructeurs de matériels. Donc, au-delà de leur propre démarche de recherche, ils subissent aussi le rythme d'innovation des constructeurs ou des grands standards du marché sur lesquels tournent leurs applications.

Indépendamment de leurs recherches, ils doivent continuellement et très rapidement s'adapter. Et Éric Blat de prendre l'exemple de Microsoft qui sort tous les deux ans une nouvelle version de Windows.

Autre dimension qui explique en partie ces investissements importants : le secteur, caressé par les pouvoirs publics, est sans doute davantage incité à déclarer ses efforts de recherche avec, à la clé, la possibilité d'obtenir des subventions.

La part du chiffre d'affaires consacrée à l'innovation par l'ensemble des entreprises interrogées est stable pour plus de la moitié des sondés, alors qu'ils sont 46 % à la juger en hausse. Ce sont surtout les fabricants de matériel (62 %) ou les opérateurs des arts de la table et de la décoration (57 %) qui affichent une croissance de leurs efforts d'investissement.

Le secteur des arts de la table dynamisé par l'audace et la créativité des chefs

Pour Nicolas Delaby, directeur commercial chez Pillivuyt, un des leaders dans la porcelaine hôtelière, « ce développement découle de la profonde mutation qui s'opère dans le secteur des arts de la table depuis cinq ans, et qui pousse les opérateurs à davantage d'efforts ». Et le spécialiste d'expliquer que, pendant longtemps, les porcelainiers ont maintenu une offre assez standard pour répondre à une restauration elle-même très classique. Mais, depuis quelques années, les choses bougent. Bousculés par des chefs devenus plus créatifs et plus audacieux, les arts de la table ont dû suivre le mouvement. Les besoins de nouveautés ont explosé et la création s'est accélérée au rythme d'une nouveauté tous les deux ans. « Un phénomène qui n'a pas été sans conséquence sur les budgets alloués à la R & D qui ont été en peu de temps multiplié par deux ou trois », ajoute Nicolas Delaby. La naissance d'une nouvelle forme d'assiette, par conséquent d'une nouvelle gamme constituée par une cinquantaine de références, induit la mise au point, à chaque fois, de moules spécifiques. « Pour nos deux dernières collections, par exemple, nous avons investi en développement près de 1,2 ME, soit 6 % du CA, entre les recherches et la création des moules (pour presses isostatiques et pour coulage sous pression).

Parmi les différents départements de l'entreprise, c'est plutôt le service marketing qui porte l'innovation. C'est vrai dans 50 % des cas, devant la R & D (39 %) puis les bureaux d'études (11 %). « C'est d'une logique implacable », explique Éric Jacquet, directeur général de JES, l'un des leaders en système d'encaissement pour les collectivités : « La fonction même du service marketing est justement d'être aux avant-postes. Son rôle principal relève de l'écoute du terrain. Charge à lui de sentir les besoins et même de les anticiper. »

Dépôt de brevet, l'exception française

Qui dit innovation n'implique pas forcément l'acquisition de licences externes ![…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Objectif 2022 : quel modèle de restauration

Nous vous recommandons

ÉVOLUTION DES CHIFFRES D'AFFAIRES PAR SEGMENT

ÉVOLUTION DES CHIFFRES D'AFFAIRES PAR SEGMENT

En mars, l'indicateur résumé d'opinion des ménages creuse un nouveau plancher à - 36, en données corrigées des variations saisonnières. Seules les perspectives d'évolution du niveau de vie gagnent 2 points, sinon, l'ensemble des indicateurs est[…]

01/05/2008 |
RESTAURATION COMMERCIALE

RESTAURATION COMMERCIALE

LE PANIER DU RESTAURANT TRADITIONNEL

LE PANIER DU RESTAURANT TRADITIONNEL

EVOLUTION DES CHIFFRES D'AFFAIRES PAR SEGMENT

EVOLUTION DES CHIFFRES D'AFFAIRES PAR SEGMENT

Plus d'articles