Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

L’impact de la crise sanitaire : The NPD Group dresse un premier bilan pour la restauration commerciale

YANNICK NODIN
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

L’impact de la crise sanitaire : The NPD Group dresse un premier bilan pour la restauration commerciale

Quel bilan en restauration commerciale pour ces huit premiers mois de 2020 ? Le point, attendu, de The NPD Group, établi à partir de son panel CREST vient d’être dévoilé. Et sans surprise, c’est d’abord un impact majeur lié à la crise sanitaire qui ressort de l’analyse de la fréquentation du hors-foyer. Moins 35 % en visites et 37 % en dépenses en moins sur les huit premiers mois de l’année, en comparaison de l’année précédente. Sans surprise, la restauration à table — qui a fonctionné à 15 % seulement de sa capacité normale en dépenses entre mars et mai — est le secteur le plus impacté, avec une chute de près de 45 % en visites et en valeur. Le recul est moindre pour la restauration rapide, avec des pertes d’environ 25 % sur la période de janvier à août.  

Pendant les trois mois du confinement, le secteur de la RHD a perdu environ deux tiers des visites et des dépenses par rapport à la même période en 2019, avec 64 % de visites et 70 % de dépenses en moins. La restauration rapide a su tirer son épingle du jeu, mais en divisant malgré tout par deux ses recettes de mars à mai. Sur ce circuit, trois segments ont su s’adapter et limiter leurs pertes en misant notamment sur la vente à emporter : les GMS (avec les repas/snacks prêts à consommer), les boulangeries et les pizzerias. Grâce à la livraison et à la vente à emporter, ils ont pu maintenir une activité, sachant que la consommation nomade compte traditionnellement pour 80 % à 90 % de leurs visites.

Concernant les moments de consommation, le déjeuner a été le plus durement impacté par le confinement : il enregistre la plus forte perte en fréquentation (70 %) de mars à mai et sur les huit premiers mois (40 %).

 

Reprise estivale différée et variable selon les profils pendant le déconfinement

Sur les trois premiers mois de réouverture des restaurants (juin, juillet et août 2020), le marché retrouve seulement 70 % de sa valeur par rapport à l’été 2019. Affichant une reprise beaucoup plus rapide, la restauration rapide perd seulement 16 % en valeur en comparaison de l’été 2019. Les segments « pizza à emporter » et « burgers » effectuent quant à eux une remontée fulgurante, démontrant que les options rapides, à emporter et appréciées par un public jeune portent le dynamisme du marché. La reprise est plus lente pour la restauration à table : le circuit ne retrouve que 70 % de la valeur de l’année précédente.

La pause méridienne continue de souffrir, impactée notamment par le ralentissement du circuit des cantines et la pratique du télétravail adoptée par de nombreux Français. Le moment du dîner, qui semble avoir mieux résisté pendant le confinement grâce à la livraison (moins 64 %), affiche une reprise de la fréquentation en juin, juillet et août, avec un recul de 29 % des visites par comparaison avec l’été 2019.

En ce qui concerne les profils, les chiffres de l’été révèlent clairement une fracture générationnelle : les « plus de 55 ans » sont moins retournés au restaurant (baisse des visites de 40 % en comparaison de l’été 2019) que les générations plus jeunes (moins 20 % en visites). Les femmes se sont également montrées moins enclines que les hommes à fréquenter de nouveau les restaurants. L’effet « Covid-19 » se ressent aussi au niveau des motivations et des critères de choix des consommateurs. D’après la dernière étude de The NPD Group, ceux-ci affirment à près de 75 % que le respect des normes sanitaires et la mise en place d’un protocole précis au sein du restaurant jouent un rôle important dans le choix du point de vente. 

Enfin, si les Français ont moins fréquenté les établissements de restauration à table durant l’été 2020, ils n’ont pas pour autant renoncé à se faire plaisir, comme l’indique la progression de 8 % du ticket moyen lors des dîners, grâce à la consommation de produits additionnels comme les desserts, les alcools en apéritif, etc. Sur la période, de nouvelles pratiques et de nouvelles offres dessinent la restauration de demain : « Il est intéressant d’analyser la crise sanitaire comme un révélateur de tendances, explique Maria Bertoch, experte Foodservice France au sein de The NPD Group. La livraison, le « Click & Collect » et le drive ont vu leur croissance s’accélérer et ont permis de limiter les pertes sur l’ensemble du secteur. Alors que les restaurants ont rouvert, ces trois circuits ont continué de s’affirmer comme les seuls dans le vert pendant les mois d’été, avec une croissance en visites de 30 % pour le « Click & Collect », 34 % pour les commandes livrées et 40 % pour le drive. »


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Del Arte teste avec Carrefour un format kiosque

Del Arte teste avec Carrefour un format kiosque

On sait les enseignes à l’affût de nouveaux leviers d’activité. Parmi les pistes envisagées, l’univers retail a déjà montré qu’il pouvait fournir un relais[…]

19/10/2020 | Pizza Del'ArteMarchés
Pour Jocelyn Olive, Président CEO chez Buffalo Grill et Courtepaille, « Nous allons réactiver ce qui lie Courtepaille aux consommateurs »

Pour Jocelyn Olive, Président CEO chez Buffalo Grill et Courtepaille, « Nous allons réactiver ce qui lie Courtepaille aux consommateurs »

La baguette reste le pain préféré des Français

La baguette reste le pain préféré des Français

Elior France annonce la suppression de 1888 postes en restauration d’entreprise

Elior France annonce la suppression de 1888 postes en restauration d’entreprise

Plus d'articles