Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

L’Hôtel Rochechouart et son restaurant, patrimoine de Pigalle, reprend du service

ENCARNA BRAVO
L’Hôtel Rochechouart et son restaurant, patrimoine de Pigalle, reprend du service

Au n°55 du boulevard de Rochechouart, flotte l’oriflamme de l’Hôtel Rochechouart. Un patrimoine de Pigalle posé juste aux pieds de Montmartre, face au Sacré-Coeur, à quelques pas de l’avenue Trudaine et de la rue des Martyrs. Une maison particulière de 8 étages déjà fameuse à la fin des années 20, entraînant dans ses étages comme à son restaurant, voyageurs, parigots, intellos et stars abonnés aux théâtres d’alors comme aux nombreuses galeries d’art du quartier.Dernier des grands hôtels parisiens dédiés à l’Art Déco – après le Lutétia et le Plaza Athénée – l’ancien Charleston devenu Carlton ressuscite aujourd’hui, sous la marque Orso.

Le bar sur le toit, le Sacré Cœur plein écran

Au 9ème étage trône le Bar sur le toit. Une terrasse de 100 m2 perchée et planquée avec vue sur Montmartre, le Sacré-Coeur, la Tour Eiffel et la Défense plein écran.

L’espace qui accueille jusqu’à 50 invités a des airs de jardin parisien.

Ici poussent figuier, amandier de Chine et vigne. Les parfums du romarin, du thym citron, d’hibiscus, de lavande se sentent à chaque recoin. Se cultivent aussi fraises et framboisier… Un air de campagne à Paris, disent certains.

Entre salons en fer forgé, banquettes et canapés groupés mais aussi tables pour roucouler, le Bar sur le toit s’ouvre à la clientèle extérieure dès 17h en version tea-time et goûter. Une parenthèse qui se prolonge jusqu’à 2h, avec au menu, snacks et petites bouchées en liberté. Une carte des cocktails pour accompagner, les saveurs du Gin, de la Vodka et du Whisky pour s’enivrer, oublier, s’amuser.

 

 

Le Rochechouart, restaurant

Comme avant, l’Hôtel Rochechouart rouvre son restaurant et refait vivre son boulevard. Reliftée jusqu’aux oreilles, la table accueille toujours sous les mêmes arches sculpturales au pur style Art-Déco et aux grands miroirs. Gratté jusqu’à l’os, le sol fait rejaillir la mosaïque bleue d’origine toute cerclée d’or. L’image d’un Paris des années 30 en plein come-back.

Restaurateurs en chef, le duo Festen reprend les plans d’époque et imagine le nouveau mobilier comme dans le temps. Pensées sur mesure et fabriquées en France, tables et chaises s’inspirent de l’Art-Déco. Sous les suspensions en albâtre, les banquettes rouille et brique font écho aux couleurs de la mosaïque. Élégance oblige, le restaurant dresse ses tables de nappes blanches et grave dans ses assiettes ses nouveaux insignes.

 

Héritage des grandes institutions parisiennes, les 180 ronds de serviette – tous uniques, chinés par Anouk et Louis – ajoutent eux, l’art à la manière.

À la carte, l’esprit brasserie qui colle bien à Pigalle. Gloire aux beaux produits et aux saveurs bien de chez nous. Tous les jours, un choix entre 10 entrées, 10 plats et 10 desserts.

Ici, le poireau vinaigrette est roi. Le foie gras au torchon et la cocotte de palourdes s’invitent aussi en réguliers. En plats de résistance, la sole Mikado, la cocotte de légumes grillés et l’onglet de veau à la moutarde régalent toutes les tablées... Et quand arrive le dimanche : le poulet rôti et purée maison sont à partager.

La mousse au chocolat se dévore à deux, le clafoutis s’accorde aux fruits de saison. Puis, l’île flottante ou les pruneaux à l’armagnac rappellent les meilleures heures des années 20. Clou du spectacle : le gâteau de crêpes, façon Freddy Israël – ami historique de la famille Solanet.

Signature réconfortante et régressive dont le Chef garde la recette dans sa hotte secrète, et grâce à laquelle il achève de mettre tout Paris dans sa poche.

A boire

Vive Paris, vive la France, la carte des vins rend hommage à nos belles régions et à nos meilleurs producteurs. Une sélection d’une soixantaine de bouteilles pour toutes les bourses, mixant appellations connues, nouvelles pépites et spécialistes du vin naturel.

Même parti-pris à la liste des cocktails. Franchouillardes assumées, les recettes mettent à l’honneur gins, vodkas et whisky français. Au choix, une dizaine de cocktails pour commencer sa nuit à Pigalle ou la terminer. Le restaurant compte 80 couverts et sert tous les jours.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
01 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

02 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Édition 2021

Nous vous recommandons

Après un été très dynamique, une rentrée prometteuse pour Logis Hotels

Après un été très dynamique, une rentrée prometteuse pour Logis Hotels

  Une saison estivale satisfaisante, mais hétérogène, c’est le constat qui ressort de l’activité du groupe Logis Hôtels, qui comptent quelque 1800 établissements équipés[…]

Quatre nouveaux pains chez Banquet d’Or

Quatre nouveaux pains chez Banquet d’Or

Geraldine Dobey nommée Directrice Générale de Mandarin Oriental, Paris et Vice-Présidente Régionale en charge des opérations.

Geraldine Dobey nommée Directrice Générale de Mandarin Oriental, Paris et Vice-Présidente Régionale en charge des opérations.

Fabrice Galland réélu à la présidence du groupe Logis Hôtels

Fabrice Galland réélu à la présidence du groupe Logis Hôtels

Plus d'articles