abonné

L'Hérault centralise ses repas

Jean-François Vuillerme
L'Hérault centralise ses repas

© PHOTO DR

Ouverture près de Montpellier de la quatrième des UPC conçues pour fournir en repas la majorité des collèges du département. Une démarche originale.

La centralisation de la production de repas fait encore exception dans le monde des collèges et des lycées. En engageant, dans les années 80, la modernisation des services de restauration, les départements et les régions ont continué de doter chaque établissement d'une cuisine autonome de production.

Un choix d'ordre économique pour le conseil général

A partir des années 90, quelques cuisines centrales sont apparues, notamment en Picardie et en Midi-Pyrénées. Mais le département de l'Hérault est sans doute la première collectivité territoriale à avoir prévu de relier à terme la (quasi) totalité de ses collèges à des unités de production culinaire. Un choix d'abord motivé par des motifs économiques (maîtrise des coûts d'investissement et de fonctionnement).

Depuis la rentrée scolaire 2003-2004, près de la moitié des 25 000 demi-pensionnaires, répartis dans 32 collèges sur les 75 que compte le département de l'Hérault, prend des repas préparés à partir de l'une des quatre unités de production culinaire construites par le conseil général.

La première unité, entrée en[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
02
dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD