abonné

L'ÉCHAPPÉE DE LA RESTAURATION ALLEMANDE

Marie Luginsland (à Mannheim)
Dès le premier coup de sifflet du 9 juin, les opérateurs sont bien décidés à marquer des points sur le terrain de l'hôtellerie et de la restauration. Un marché estimé à 500 millions d'euros.

Pour la branche RHD, le véritable coup d'envoi de la Coupe du monde de football a été donné lorsque la Fifa a confié la restauration des stades, et de 2,7 millions de supporters, à Aramark, et la restauration des VIP, soit 500 000 prestations, à iSe Hospitality. Ce dernier les ayant répartis entre quatre restaurateurs allemands, Haberl, Käfer, Stockheim et Kofler et un français, Lenôtre.

Le groupe américain Aramark détient ainsi la gestion de cinq stades en direct et, pour les sept autres, il sous-traite avec Eurest Sports&Food, filiale de Compass, et des sociétés locales. « Le choix d'un master concessionnaire nous permet de déployer, sur une approche unifiée en référencement, qualité et tarifs », explique Vincent Bergmann, Senior Manager Hospitality Production de la Fifa. L'atout majeur de la RHD allemande réside dans son entraînement à ce type d'événements : « Les stades sont pleins chaque semaine, et la gestion des points de vente dans le milieu sportif est une affaire qui tourne », se félicite Vincent Bergmann. « Pour les supporters et les VIP, la restauration est une partie importante de l'événement sportif », confirme Andreas Schlotterbek, directeur de la communication d'Aramark.

Les Allemands jouent à domicile

Fin avril, la finale de la Coupe d'Allemagne a permis à Kofler « de mettre au point les derniers détails pour la restauration de 8 600 personnes à la finale à Berlin ! », expose Anna Frohmader chez Kofler. Celle-ci table sur une croissance à deux chiffres de son activité.

L'organisation de la Coupe du monde se calque donc sur un schéma pré-existant et éprouvé de restauration de masse. « Nous sommes bien préparés grâce notamment à notre expérience annuelle à la Fête de la bière », assure Christina-Beate Hagen, responsable du marketing des restaurants de la mer, Nordsee.

Il existe cependant des contraintes intrinsèques à la Coupe du monde. « À part les produits frais, nous n'aurons plus la possibilité de livrer dans les stades après le coup de sifflet », déclare Marion Weiss, chargée de communication chez Käfer. « Tous les camions d'approvisionnement de[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?