L'Ania opposée au projet de financement de la Sécurité sociale

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

L'industrie alimentaire estime déjà participer activement aux actions d'amélioration de l'équilibre alimentaire et de prévention de l'obésité.
L'article 38 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2006, destiné à lutter contre l'obésité infantile, prévoit l'élargissement du champ d'application de la loi de santé publique du 9 août 2004 à tous les médias : presse écrite, cinéma, affichage, Internet en plus de la radio, télévision et actions de promotion initialement visés. Ainsi pour toute publicité ou promotion, les industriels de l'alimentaire devront apposer une mention sanitaire, soit payer une taxe de 1,5% des sommes investies.

L'Association nationale des industries alimentaires (Ania) réagit et considère que « le gouvernement tente donc de faire passer en force des dispositions plus larges et plus contraignantes et déjuge les dispositions votées par les parlementaires il y a à peine un an et demi ».
L'Ania est fortement opposée à ces nouvelles initiatives des pouvoirs publics, considérant que l'industrie alimentaire participe activement aux actions d'amélioration de l'équilibre alimentaire et de prévention de l'obésité. Elle a d'ailleurs adressé un courrier à l'ensemble des partenaires pour obtenir leur soutien.