Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Kelly Rangama, et pourquoi pas la vente à emporter ?

YANNICK NODIN

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Kelly Rangama, et pourquoi pas la vente à emporter ?

© Julie Limont

L’année commençait magnifiquement. Neuf mois après avoir ouvert Faham et ses 28 places assises, dans le 17ème arrondissement à Paris, la cheffe Kelly Rangama et son mari Jérôme Devreese, chef-pâtissier, obtenaient en janvier dernier une première étoile au Guide Michelin. Mais la joie, pour la cheffe de 32 ans, fut de courte durée : « L’épidémie et sa progression nous ont forcément stoppés dans notre lancée. Quand les restaurants ont dû fermer, nous avons cru au départ que nous reprendrions l’activité un mois plus tard, mais assez vite, cette perspective-là s’est éloignée. » C’est là qu’ils repèrent l’opération #leschefsaveclessoignants, avec l’envie de s’y associer. Bien que fermée, l’adresse finit par s’y associer, avec une première livraison fin mars à l’Hôpital Avicenne, 50 plateaux-repas autour d’un risotto revisité façon cari aux crevettes. « Nous nous sommes déplacés chez Metro pour repérer les ingrédients que nous pouvions utiliser, et nous les complétons d’épices et condiments piochés dans notre économat. » Une adaptation, chaque dimanche, au format vente à emporter de sa cuisine française aux influences ultramarines, qui lui donne des idées pour la suite. « Nous ignorons encore dans quelles conditions nous allons pouvoir rouvrir. Disposer à ce moment d’une offre traiteur, où l’on fait vivre notre proposition, pourrait être très utile. »

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

C’est en livrant des sushis et des salades le soir, dans l’agglomération lilloise, que Maxime Buhler, 27 ans, et Samuel Carré, alors colocataires et futurs associés, ont eu l’idée de créer[…]

20/05/2020 | PortraitsLes hommes
Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Charles-Edouard Barbier, 300 repas chaque jour, tout seul

Charles-Edouard Barbier, 300 repas chaque jour, tout seul

Lettre ouverte de Bruno Verjus au ministre de l'Economie

Lettre ouverte de Bruno Verjus au ministre de l'Economie

Plus d'articles