Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

J-1 pour l’ouverture du Publicisdrugstore

La rédaction de Néorestauration
Après deux ans de travaux, le 133 avenue des Champs-Elysée renaît cette semaine, transformé et modernisé. En lieu et place, une brasserie et un restaurant, Le Marcel.

C'est là, en 1958, sur le haut des Champs-Elysée, que Marcel Bleustein-Blanchet, fondateur de Publicis, avait implanté son fameux Drugstore, sur le modèle des centres commerciaux américains, à l'emplacement de l’hôtel Astoria. A l’époque, l’opération a fait grand bruit puis le lieu s’est inscrit au cours du temps comme le rendez-vous de tous, des noctambules comme des stars.

Le Marcel : hommage à Bleustein-Blanchet

Aujourd’hui, l’endroit renaît, entièrement modernisé. A l’extérieur, d’abord, où l’architecte irano-italien Michele Saee a retravaillé la façade en verre sur 800 m2 dans des formes rondes et sensuelles, avec une superbe terrasse transparente donnant sur l'avenue des Champs-Elysées. Puis, à l’intérieur, où l’ambiance lumineuse s’adapte aux différents moments de la journée à travers plusieurs espaces : le kiosque, où s’affichent tous les jours 109 unes de journaux, les superbes caves à vins et à cigares, l’épicerie (avec des produits de chez Be), la librairie, la pharmacie, le studio France Inter, le studio de casting et les deux restaurants : la brasserie et Marcel.

La restauration, justement, Thierry de la Brosse, président de Publicisdrugstrore, l’a voulue adaptée à chaque moment de la journée aussi bien au niveau de l’ambiance sonore que lumineuse. Le lieu, ouvert du petit déjeuner à l’après-spectacle, se décompose en deux zones, séparées par une paroi opaque en verre : La Brasserie, avec son bar central transparent aux couleurs changeantes et ses 170 places assises, et le restaurant Marcel,  en hommage à Marcel Bleustein-Blanchet, qui fera office de carré VIP avec sa cuisine ouverte et sa carte soignée ( TM : 60 euros).
Les fourneaux ont été confiés au talentueux Alain Soulard, 36 ans, diplômé de l'école hôtelière de Saint-Quentin-en-Yveline et poulain d’Alain Ducasse. Après avoir fait ses armes au Jules Vernes, il a rejoint la sphère du grand chef au restaurant le « 59 Poincarré ». Sa mission aujourd’hui : « Offrir des plats modernes de brasserie », dit-il, pour un TM d’environ 35 euros à près de  700 personnes par jour.
A la carte, on retrouve bien sûr les classiques du Drugstore revisités façon Ducasse : le Hamburger à cheval renferme du foie gras, les coquillettes jambon sont parfumées à la truffe, le baba au rhum est fait maison. Parmi les nouvelles trouvailles, les plateaux Fast&Good proposent ,pour 24 et 29 euros, une combinaison au choix d’entrée-plat, de plat-dessert ou des trois, servie sur un plateau pour un déjeuner en moins de 30 minutes.
pfedele@neorestauration.com

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
01 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

02 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Édition 2021

Nous vous recommandons

Pour Charles Dorémus, aux rênes d’Au Bureau, « C'est sur la durée que l'on pourra apprécier le rebond actuel »

Pour Charles Dorémus, aux rênes d’Au Bureau, « C'est sur la durée que l'on pourra apprécier le rebond actuel »

Fin du couvre-feu, réouverture des salles et des terrasses, Euro 2020… Pour la restauration, les voyants n’ont pas été aussi au vert depuis longtemps. Pour autant, des approvisionnements aux recrutements, de la[…]

La Boucherie : ouvertures et développement des restaurants

La Boucherie : ouvertures et développement des restaurants

Pour Erwan Rouxel, Président de Signorizza, « La crise a exigé à la fois de gérer, et de se projeter dans l’après »

Pour Erwan Rouxel, Président de Signorizza, « La crise a exigé à la fois de gérer, et de se projeter dans l’après »

Titres-restaurants : les restaurateurs saluent l’arrivée de Worklife, le 1er émetteur sans commission

Titres-restaurants : les restaurateurs saluent l’arrivée de Worklife, le 1er émetteur sans commission

Plus d'articles