Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

Informatique les stratégies s'élaborent

Paul Fedèle avec le cabinet CSC

Sujets relatifs :

Informatique les stratégies s'élaborent

© PHOTO GETTY IMAGES

- Pour la première fois, Néorestauration dresse, avec le cabinet CSC, un état des lieux des technologies d'informations au sein de la restauration de chaîne. - Notre enquête révèle que les groupes sont encore à la traîne dans ce domaine, mais sont conscients que l'informatique est un levier majeur pour relever les défis futurs en matière de gestion des ressources et de connaissance du client.

Depuis deux ans, la restauration respire au rythme d'une conjoncture économique difficile ! Après l'euphorie de la fin des années 90 et du début 2000, période durant laquelle les défis majeurs des opérateurs consistaient principalement à gérer une croissance soutenue de leurs réseaux, la nette rupture de cycle de 2002 est intervenue comme un électrochoc. Une crise qui a redistribué les cartes et réorienté les priorités vers un développement maîtrisé, davantage tourné vers une rationalisation et une amélioration des performances. Une situation qui ne sera pas sans conséquences sur l'organisation des systèmes d'informations ou, du moins, la manière de les aborder.

Dans ce contexte dégradé, si les entreprises interrogées ne manquent pas de souligner une consommation qui marque le pas, elles expriment surtout de grosses incertitudes en matière d'emploi. C'est pourquoi, parmi les défis majeurs qui, selon elles, vont se poser au secteur dans les douze futurs mois (voir page 50), la priorité concerne les ressources humaines. Nombre d'entre elles sont d'ailleurs à la recherche de leviers de gestion stratégique et opérationnelle dans ce domaine, aussi bien en matière de planning, de gestion des horaires de travail... que de carrières (recrutement, formation, fidélisation).

Ces préoccupations ne sont pas étrangères à un marché du travail très tendu. Les difficultés à trouver du personnel, la mise en place de la réduction du temps de travail dans le secteur ou la multiplication des formats de contrats à temps partiel engendrent de vraies difficultés de gestion de main d'oeuvre. Ce qui contraint les restaurateurs à optimiser les compétences et, pour cela, à rechercher des outils capables de les aider à mieux affecter, planifier et organiser le transfert des ressources humaines en fonction de la charge d'activité.

Alors que cette vision nouvelle des ressources humaines ne semble pas remettre en cause les problématiques de développement, un deuxième niveau de défis est identifié par CSC. Il recouvre plusieurs domaines, comme la fidélisation des clients, le développement et la personnalisation de l'offre, ou encore la réactivité face à l'évolution de la demande. En revanche, les problématiques d'ordre interne (organisation, fonctionnement...) sont reléguées au troisième niveau des priorités.

La profession prête à investir pour rattraper son retard

Les dépenses en matière d'informatique ont augmenté cette année et devraient poursuivre leur croissance. Le budget est variable selon les entreprises mais reste globalement significatif (voir page 49). Il représente entre 0,5 % du CA annuel à près de 3 % et 50 % des entreprises lui consacrent plus de 1,5 %.

Consciente de ses lacunes, la profession reste lucide quant aux opportunités offertes par les nouvelles technologies et semble véritablement déterminée à rattraper ses retards. Il faut dire que, dans un contexte de globalisation des échanges, d'émergence de partenariats, de concentration des réseaux, les technologies de l'information constituent un levier indiscutable de performances. D'ailleurs, une entreprise sur deux a constaté une augmentation légère ou importante des dépenses informatiques par rapport aux années précédentes et plus de 50 % des répondants considèrent que les dépenses en technologies d'informations vont croître.

Qu'en sera-t-il concrètement, entre une volonté affichée de progresser à travers des efforts financiers marqués et la réalité ? La question reste entière. En tout cas, pour le moment, cette dimension stratégique n'a, semble-t-il, pas encore trouvé d'écho dans la profession. En effet, seuls 41 % des sondés ont un plan stratégique SI formalisé, alors que, selon le cabinet CSC, ils sont en général environ 60 à 80 % dans les autres secteurs technologiquement avancés. En fait, l'informatique reste considérée davantage comme un moyen mis à disposition des opérationnels pour réaliser leurs activités efficacement que comme un outil stratégique de compétitivité.

Des fonctions ressources humaines largement sous-exploitées

D'ailleurs, les chiffres reflètent clairement cette situation. En effet, plus de 75 % des sondés ont largement couvert les fonctions de base (voir graphique ci-contre) ; 96 % disposent d'une gestion des ventes, 92 % d'un contrôle de gestion et 75 % manipulent statistiques et historiques. Ce résultat apparaît logique au regard des efforts importants consentis depuis une décennie par les grands groupes de restauration pour contrôler parfaitement les ventes et les flux monétaires afférents. Ils ont su « verrouiller » leur tiroir-caisse, comme le souligne Éric Blat, responsable restauration chez Cegid, spécialiste de solutions intégrées pour la restauration.

En revanche, ce même graphique met en lumière plusieurs domaines d'application encore négligés par les systèmes d'informations, comme la gestion de l'utilisation du personnel (13 %), la formation (13 %) ou la fidélisation client (17 %). Elles figurent pourtant parmi les cibles prioritaires des restaurateurs. Ces derniers sont 42 % à prévoir un investissement dans la gestion de l'utilisation du personnel via l'informatique, 29 % dans la formation ou encore 21 % dans la gestion des programmes de fidélisation (CRM, Cardex Clients...). Ainsi, tout porte à croire que les systèmes d'informations seront[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

La gestion directe rassemble ses forces

La gestion directe rassemble ses forces

- Après avoir vu nombre de municipalités et d'entreprises basculer dans le secteur privé, la restauration en gestion directe a décidé de se mobiliser. - Elle a appris à rationaliser sa gestion et à professionnaliser son personnel. Quelques[…]

01/11/2003 |
Les nouvelles voies de la restauration

Les nouvelles voies de la restauration

"Poursuivre notre politique de qualité"

"Poursuivre notre politique de qualité"

Plus d'articles