Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

HOTLINE « SOLIDARITE ENTREPRISES COVID » : quelles sont les mesures gouvernementales les plus demandées par les chefs d’entreprises ?

ENCARNA BRAVO
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

HOTLINE « SOLIDARITE ENTREPRISES COVID » : quelles sont les mesures gouvernementales les plus demandées par les chefs d’entreprises ?

 

A partir du 23 mars, en l'espace de dix jours, plus de 1 500 chefs d’entreprise ont fait appel au numéro vert gratuit 0800 942 564 mis en place par les administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires, spécialistes de la prévention et du traitement des difficultés des entreprises, avec le Ministère des Finances et de l’Economie. Où l'on voit quelles sont les préoccupations des entreprises dans leur ensemble, de celles de l'hôtellerie-restauration en particulier. Le numéro reste accessible durant toute la période du confinement.

98 % ont reçu une réponse de la part des 200 administrateurs et mandataires judiciaires bénévoles mobilisés sur toute la France. Il est aujourd’hui possible de dégager statistiquement les grandes tendances. 

Les principales questions posées par les appelants au N° Vert

« Les entreprises cherchent principalement des sources de financement pour faire face à la crise actuelle. L'aide de 1 500€ du fonds de solidarité focalise beaucoup d'appels, probablement car elle concerne les indépendants, les micro-entreprises et nombre de TPE, catégories qui forment la majeure partie des appelants au N° Vert. De même, nombre de demandes d'informations ont pour objet la mise en place du chômage partiel pour cause de réduction ou arrêt d'activité avec des questions sur les critères d’éligibilité et les délais de paiement. Certains appels relèvent aussi des problèmes d'ordre technique d’accès aux sites dédiés (sites submergés de demandes). Les entreprises cherchent également des conseils sur les reports des échéances à court terme comme le loyer, les charges (électricité et eau) ainsi que les emprunts bancaires. Pour celles concernées, les échéances/dividendes de leur plan de redressement les préoccupent, leur crainte étant que le plan fasse l'objet d'une résolution faute de règlement des échéances. Enfin, les questions pour pallier les difficultés de trésorerie, que ce soit pour obtenir des facilités bancaires, des Prêts Garantis par l’Etat (au total environ 16% des appels), reviennent également très fréquemment. », explique Christophe Basse, Président du Conseil National des Administrateurs Judiciaires et Mandataires Judiciaires (CNAJMJ).

Comment se répartissent les appels par secteur d’activité économique

« On peut affirmer que tous les secteurs d’activité économique sont concernés par la crise actuelle. Toutefois, certains secteurs semblent plus particulièrement impactés par les mesures de confinement, en premier lieu ceux de l'hôtellerie-restauration (20% des appels) et du commerce de détail (18% des appels).

Les services à la personne (coiffeurs, salons de beauté, etc.) sont également très touchés, de même que le BTP, les artisans et les agences immobilières, qui ont vu leur activité fortement réduite pour ne pas dire totalement arrêtée pour certains. De même, le secteur du tourisme est directement impacté des effets de la crise sanitaire, avec des annulations de réservation de l'ordre de 70 à 95% d'après les professionnels  appelants. On peut également noter des difficultés notables dans le secteur de la formation professionnelle ou de l'évènementiel avec beaucoup d'annulations de prestations. Enfin, un certain nombre d’agriculteurs et éleveurs ont également appelé en raison de difficultés pour nourrir leurs animaux (difficulté d’approvisionnement, perte d‘activité…). Nous insistons également  lors de ces entretiens téléphoniques à ce que chacun ne suspende pas le règlement des factures de fournisseurs tant que cela reste possible, car il faut préserver les filières économiques... » explique Christophe Basse.

Quelles sont les principales demandes des professionnels de la restauration et de l'hôtellerie ?

Elles concernent, par ordre décroissant d'importance : 
- Le Fonds de solidarité, l'indemnisation (1500€), 16,7 %
- La demande/le refus de prêt bancaire, BPI, PGE, 14,5 %
- Le report des échéances sociales, fiscales, bancaires, 14 %
- La mise en place du chômage partiel, 11,8 %
- Les informations générales sur les aides, 11,3 %
- Le report des échéances/dividendes du plan, 10,2 %
- Le besoin de trésorerie à court terme, les découverts bancaires, 5,4 %
- Les mesures de prévention et les procédures collectives, 3,8 %
- L'assurance perte d'exploitation, 2,7 %
- Le paiement des salaires, 2,7 %
- La déclaration de cessation de paiements, 1,6 %
- La demande de modification du plan, 1,1 %
- L'arrêt de travail, 0,5%
Etc.

 


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Objectif 2022 : quel modèle de restauration

Nous vous recommandons

SDI : Discours du 1er Ministre, un plan voué à l’échec

SDI : Discours du 1er Ministre, un plan voué à l’échec

 Dans le prolongement du discours de Politique Générale du Premier Ministre Jean Castex, Marc Sanchez, Secrétaire Général du Syndicat des Indépendants (SDI), déplore le peu d'ambitions[…]

La taxe forfaitaire de 10€ sur les CDDU est supprimée

La taxe forfaitaire de 10€ sur les CDDU est supprimée

L’Institut Nutrition lance la 1ère édition de son Prix de Recherche

L’Institut Nutrition lance la 1ère édition de son Prix de Recherche

Nestlé Professional : des guides de bonnes pratiques pour soutenir les professionnels

Nestlé Professional : des guides de bonnes pratiques pour soutenir les professionnels

Plus d'articles