Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Hervé Rodriguez, chef du Domaine de la Corniche

FLORENT BEURDELEY
Hervé Rodriguez, chef du Domaine de la Corniche

TRAVAIL D'ÉQUIPE

© Photos : Bernard MARTINEZ

Dans le cadre chaleureux du Domaine de la Corniche, à Rolleboise (78), en surplomb des boucles de la Seine, Hervé Rodriguez travaille une cuisine fine et inventive. Sans renier ses bases classiques, il sait s'évader en dehors des sentiers battus. Rencontre avec un homme passionné, pour qui les légumes sont les pinceaux de la création.

SES COMPÉTENCES

L'histoire professionnelle d'Hervé Rodriguez a été façonnée par les difficultés que rencontraient les jeunes en sortant du lycée hôtelier, au milieu des années 80. « À l'époque, on ne trouvait pas de travail, témoigne le chef. Je me proposais gratuitement dans les restaurants, on ne voulait pas de moi. » Ce constat le pousse à compléter son CAP par un BEP. Diplôme en poche, il travaille d'abord chez Jean Crotet, deux macarons Michelin à Nuits-Saint-Georges (21), puis en tant que commis au restaurant de Jacques Lameloise, à Chagny (71). Au bout d'un an et demi, il décide, avec un ami, de partir en Écosse. Il revient en France au début des années 90, et se marie avec la fille de Christian Breuil, lui-même restaurateur, propriétaire du restaurant la Chouette, à Dijon, où il travaillera comme chef de cuisine. « C'était la grande époque des sauces minutes, témoigne Hervé Rodriguez. De cette période, j'ai gardé les habitudes : une sauce, une casserole, et un homme derrière chaque casserole ! »

Ce passionné d'histoire de la cuisine (il possède une édition rare d'un ouvrage d'Ali-Bab) souhaite alors se mettre à son compte. Avec son épouse, il prend la gérance du club de tennis de Bry-sur-Marne (94), avant de racheter un mythe, la Mère Bourgeois, dans l'Ain. « Et là, je me fais plaisir. Je double le chiffre d'affaires en deux ans. » Il y restera neuf ans, avant de rejoindre le Domaine de la Corniche, où il officie aujourd'hui. « Je souhaite continuer à me faire un nom, et à pouvoir pratiquer ma cuisine. Rien n'est à exclure pour l'avenir ! »

SA JOURNÉE

Le matin, aux alentours de 9 heures, Hervé Rodriguez réceptionne les marchandises. « J'ai des chasseurs de tête sur Rungis, qui me mettent de côté les meilleurs produits, explique le chef. Je mets en place la cuisine, et j'élabore le menu du jour, en fonction des produits dont je dispose. Vers 10 heures, soit je vais en réunion, soit je reste en cuisine, et je supervise les préparations et la mise en place à l'ensemble des postes. »

À midi, c'est le début du service. Hervé doit alors contrôler la bonne marche des 12 personnes qui composent sa brigade. Entre 15 heures et 17 heures, coupure. « Cela ne me pose aucun souci », témoigne Hervé Rodriguez. Le soir, si le service est plus calme, le chef en profite pour effectuer des tâches administratives : « Si c'est possible, je délègue le service à mon second, et je m'isole dans mon bureau pour me consacrer à la comptabilité ou à l'élaboration de la nouvelle carte. »

SON PARCOURS

1966 Naissance à Dijon

1982 CAP à l'école hôtelière de Dijon

1985 BEP à l'école hôtelière de Dijon

1987 Commis chez Jacques Lameloise

1989 Part en Écosse

1990 Rencontre son épouse, puis travaille chez son beau-père, à la Chouette à Dijon

1992 Prend la gérance du club de tennis de Bry-sur-Marne

1994 Prend une gérance libre dans la Meuse

1997 Rachète la Mère Bourgeois, à Priay, dans l'Ain

2006 Arrive au Domaine de la Corniche

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Carlo Petrini prône une chaîne vertueuse de l’alimentation

Carlo Petrini prône une chaîne vertueuse de l’alimentation

Venu en France en octobre pour le lancement de son dernier livre Terra Madre (publié aux Editions Alternatives), le fondateur et président international de l'association Slow Food, Carlo Petrini, revient en France afin de[…]

15/11/2011 |
Robert Lalleman porte la truffe au sommet

Robert Lalleman porte la truffe au sommet

Henri-Aurélien Chopinaud, nouveau directeur général de la Fédération Française des Spiritueux

Henri-Aurélien Chopinaud, nouveau directeur général de la Fédération Française des Spiritueux

Anne Gleizes, directrice générale adjointe du groupe Quick

Anne Gleizes, directrice générale adjointe du groupe Quick