Hausse des matières premières : le Syndicat Français des Sirops donne l’alerte

YANNICK NODIN

Sujets relatifs :

,
Hausse des matières premières : le Syndicat Français des Sirops donne l’alerte

© Photo : IWANON / GUSTIN

Les hausses sur les matières premières sont un sujet qui occupe bien les opérateurs en ce début d’année, et sans surprise, également leurs fournisseurs. Parmi eux, le Syndicat Français des Sirops (SFS), 17 entreprises commercialisant 90% des sirops consommés en France, qui donnent l’alerte, confrontées depuis plusieurs mois aux augmentations sur les ingrédients et contenants nécessaires à la production de sirop. Il faut le dire, elles ne sont pas épargnées par ces hausses, liées aux perturbations sur la demande et sur les échanges mondiaux issues de la crise du Covid, et par le dérèglement climatique qui impacte les partenaires producteurs de fruits et de plantes. Côté contenants, le prix du bidon acier ou alu a augmenté de 50 % en moyenne, d’après l’indice des prix de la FAO. Le coût de la bouteille verre est plus élevé de 15 %, et celui de la bouteille PET a cru de 25 % en 2021, et devrait encore prendre 50% en 2022, rappelle le SFS.

Qui, côté contenu, n’est pas épargné non plus. Un sirop « de fruits » ou « au jus de fruits » doit réglementairement contenir au minimum 10% de jus de fruits. En outre, les siropiers utilisent principalement des jus de fruits concentrés pour révéler des arômes puissants à la dilution, ces procédés les exposant particulièrement aux hausses de prix. Le coût des fruits s’est envolé cet été, conséquence de gelées printanières dans toute l’Europe. S’y ajoutent des difficultés d’approvisionnement sur les fruits, plantes et autres extraits, cultivés en France, en Europe et dans le monde. Le cassis a vu son prix augmenté jusqu’à 134%, la framboise bio coûte 170% plus cher qu’en 2020, celui de la pêche a bondi de 53%... Et le sucre, qui représente 65 à 90 % du coût des matières premières utilisées pour fabriquer un sirop, a bondi de plus de 40% depuis novembre dernier, concurrencé par l’engouement pour l’éthanol, qui met en œuvre la betterave, en alternative au pétrole.

Dans une volonté de protection du pouvoir d’achat des consommateurs, le Syndicat se veut rassurant : la hausse de prix pour le consommateur, en grande distribution, devrait rester limitée. Mais souligne aussi l’urgence aussi à répercuter la part d’augmentation de ces coûts qu’elle ne peuvent plus assumer seules.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
05
dé - Paris
CONGRÈS RHD 2022

Fidélité, ancrage territorial, expérience…quelles redéfinitions de l’écosystème de la RHD

05
dé - Paris
IN-NEO AWARDS

Primer les acteurs qui participent a l’évolution de la RHD

Nous vous recommandons

Umiami installe son premier site de production de viande végétale dans une ancienne usine Unilever

Umiami installe son premier site de production de viande végétale dans une ancienne usine Unilever

La startup de la foodtech prend la suite de l’ancien site industriel Knorr en Alsace pour y produire ses alternatives végétales à la viande à l'horizon mi-2023.Après avoir annoncé cette année une levée de fonds de 26,5 millions...

Le jambon San Daniele AOP part à la conquête des chefs français

Le jambon San Daniele AOP part à la conquête des chefs français

Reitzel poursuit la relance du cornichon français

Reitzel poursuit la relance du cornichon français

Maisons du Monde se rapproche encore des professionnels

Maisons du Monde se rapproche encore des professionnels