Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Frédéric Boyer : «Nous avons plusieurs cordes à notre arc»

La rédaction de Néorestauration

Sujets relatifs :

,
Entretien exclusif avec le DG d'Horeto, en charge de la restauration, après la perte de la concession du Parc des expositions de la porte de Versailles... et la reprise de celle du Parc des expositions de Bruxelles.

Néorestauration : Vous venez de perdre la concession du Parc des expositions de la porte de Versailles au profit exclusif d'Eliance (groupe Elior), comment réagissez-vous à ce revers ?

Frédéric Boyer : Nous sommes un partenaire de Paris-Expo depuis plus de 27 ans et il est vrai que cette rupture représente pour nous une grande perte. Nous n'étions pas les seuls sur le site, qui n'était pas notre chasse gardée, comme indiqué sur votre site Internet ; nous partagions la concession avec Eliance. Le nouveau projet que nous avons proposé dans le cadre de l'appel d'offres était, à mon sens, très novateur et, semble-t-il, nous n'avons pas été loin du podium final. Mais c'est la loi du marché et nous nous inclinons. Un modèle d'entreprise familiale a parfois moins de facilité à s'imposer face à la puissance de feu d'un grand groupe !

Ce site représentait-il une grande partie de votre chiffre d'affaires ?
F.B. :
Le Parc des expositions de la porte de Versailles a représenté, en 2002, 30% de notre CA, qui s'est élevé à 37,3 M€, et près de 35 % de notre CA France (31 M€). Cette perte de concession va amputer d'autant nos performances 2003, à cela près que nous avons remporté en juillet 2002 une grande victoire en Belgique, en reprenant à Eurest (groupe Compass) la concession du Parc des expositions de Bruxelles, un marché annuel de plus de 8 M€ sur 10 ans.  Et nous sommes aussi présents sur le Parc des expositions de Villepinte, la Cité des sciences et de l'industrie à Paris, le musée Rodin, les Galeries nationales du Grand Palais. Enfin, nous sommes actionnaires majoritaires dans deux chaînes de restauration, Aux Pains perdus (11 unités pour 5,1 M€) et Dame Tartine (3 unités pour 2,3 M€).

Quels sont vos objectifs aujourd'hui ?
F. B. :
Laissez-nous un peu de temps pour digérer la nouvelle ! Nous sommes justement sur le point de tracer les grandes lignes de notre action. Sachez que tous les leviers de chiffre d'affaires seront actionnés et, notamment, nos chaînes de restauration auxquelles nous souhaitons insuffler un nouveau dynamisme. Et, en tant qu'opérateur global, nous avons plusieurs cordes à notre arc, depuis la restauration rapide jusqu'au service à table, en passant par la restauration livrée, voire même la distribution automatique. Rappelons qu'une société cousine, Lyovel, dirigée par mon frère Hubert, est l'un des tout premiers gestionnaires français en matière de parc de distributeurs automatiques et qu'elle s'appuie sur un réseau  national.
Propos recueillis par Paul Fedèle
pfedele@neorestauration.com

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

Le taux de TVA dans la restauration devrait se maintenir

La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a affirmé mardi sur RMC que le taux réduit de TVA en restauration demeurerait inchangé, en dépit de l'abandon de certaines niches fiscales. Selon Christine Lagarde, ce[…]

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les MOF et le groupe Le Duff s'associent

Les revenus des salariés

Les revenus des salariés

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Les jeunes diplômés aspirent à un juste équilibre vie privée-vie professionnelle

Plus d'articles