Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Fischer ouvre sa seconde Stub à Nantes

Paul Fedele
Après le succès de son premier restaurant, ouvert à Strasbourg, la brasserie Fischer inaugurera le 25 avril une seconde unité dans le centre commercial Atlantis à St Herblain (44).
Le 27 juin 2001, la Brasserie Fischer se lançait dans la restauration en ouvrant une première unité, au 4 rue du Saumon, dans la capitale alsacienne. Un an après, l'unité pilote, qui allie l'authenticité d'une décoration typiquement alsacienne à la modernité d'installations innovantes et originales, devrait réaliser un CA de plus de 1,2 million d'euros.
Avec son nouveau restaurant nantais, Fischer exporte l'Alsace en Loire Atlantique sur deux niveaux, 600 m² dont 300 m² de surface commerciale. Et surtout, avec tous les ingrédients qui ont fait son succès : une ouverture 7 jours sur 7 à partir de 10 h 00 du matin, une restauration moderne où l'on peut boire un verre ou manger, à toute heure de la journée, des plats qui s'adaptent à toutes les envies (grandes portions, petits plats et grignotage). Le décor assure le spectacle avec le Kachelofe, un fourneau traditionnel alsacien en céramique bleue, l'orgue à bières (un concept original et innovant mettant en scène les différentes bières), le comptoir de 8 mètres de long et le fameux Stammtisch, une grande table d'hôtes pour les habitués. 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

Maxime Buhler, donner du sens aux frigos pleins

C’est en livrant des sushis et des salades le soir, dans l’agglomération lilloise, que Maxime Buhler, 27 ans, et Samuel Carré, alors colocataires et futurs associés, ont eu l’idée de créer[…]

20/05/2020 | PortraitsLes hommes
Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Stéphane Manigold, au secours de ses établissements, et des indépendants

Charles-Edouard Barbier, 300 repas chaque jour, tout seul

Charles-Edouard Barbier, 300 repas chaque jour, tout seul

1800 repas hebdomadaires à Lyon, au soutien du personnel soignant, et des restaurateurs

1800 repas hebdomadaires à Lyon, au soutien du personnel soignant, et des restaurateurs

Plus d'articles