Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Etude : Impact des contraintes de temps sur le déjeuner des salariés

ENCARNA BRAVO
Etude : Impact des contraintes de temps sur le déjeuner des salariés

Engagé dans la prévention santé pour tous (enfants, retraités, aidants, actifs), le Groupe APICIL, 3ème groupe de protection sociale, publie avec le Centre de recherche de l’Institut Paul Bocuse les conclusions de la thèse de doctorat de Camille Massey consacrée à l’étude de l’impact des contraintes de temps sur les comportements de déjeuner des salariés. La santé et le bien-être au travail deviennent, en effet, une préoccupation de plus en plus importante, et un sujet d’intérêt pour les entreprises.

Parmi les principaux enseignements :

  • Le déjeuner au travail reste, en France, un temps incontournable. Il désigne deux choses : le repas et la pause. S’ils vont souvent de pair, ce n’est pas systématique. C’est par exemple le cas lorsque le salarié avale un sandwich devant son ordinateur tout en travaillant (repas sans pause), ou en profite pour pratiquer un sport (pause sans repas). Le déjeuner est également pluriel dans le sens où temps personnel et temps professionnel se télescopent à ce moment de la journée. Cela est d’autant plus vrai en contexte de télétravail, où le moment du déjeuner se déroule dans le cadre privé du domicile.

 

  • Le salarié fait face à des contraintes de temps à l’heure de déjeuner, celui-ci est alors perçu comme une zone tampon dans la journée de travail qui lui sert à rattraper ou à gagner du temps :

- Il peut réduire la durée de son déjeuner et utiliser ce moment pour réaliser des tâches concurrentes (activités personnelles comme la pratique d’un sport ; activités professionnelles pour répondre à une charge de travail ou pour peaufiner une présentation importante).

 

- Il est confronté à des échéances (réunion à 13h30, emploi du temps strict, par « pointage »). La durée du déjeuner peut ne pas être affectée par ces échéances, mais le salarié peut aller se sustenter plus tôt que d’habitude.

 

- A cela vient s’ajouter la pression temporelle avec l’impression subjective de manquer de temps et de se sentir pressé.

 

  • Les femmes ressentent une plus forte pression temporelle que les hommes et utilisent davantage qu'eux leur pause déjeuner pour remplir différentes obligations personnelles ou pour récupérer du temps de travail en vue de sortir plus tôt le soir et s’occuper des enfants.

 

  • Le temps comme déterminant du régime alimentaire. Les contraintes et pression temporelles affectent les processus de prise de décision en donnant plus d’importance à l’affect, incitant à des choix alimentaires moins « nutritionnellement corrects », davantage orientés vers des snacks et autres mets jugés plus savoureux et, en tout cas, plus caloriques : la fameuse « comfort food ».

 

  • Le lieu du déjeuner est un symbole fort qui relève du sentiment d’appartenance et de l’identité professionnelle que le collaborateur souhaite endosser : dis-moi où et avec qui tu déjeunes et je te dirai qui tu es… De plus, chez les travailleurs soumis à des contraintes de temps, l’activité sociale engendrée par le déjeuner entre collègues semble être synonyme d’une moindre récupération et celui-ci a un impact défavorable sur la fatigue accumulée en fin de journée. Enfin, zapper les collègues pour manger seul est l’une des stratégies adoptées par les travailleurs pressés, faisant face à des contraintes ou un manque de temps.

 

  • Bien ou mieux se nourrir est l’un des axes majeurs de prévention en santé, notamment pour limiter l’apparition du surpoids, de l’obésité et des maladies cardiovasculaires, mais pas seulement. Parce que le déjeuner pendant la journée de travail est un événement récurrent qui survient plusieurs fois par semaine, il apparaît comme un enjeu important pour faire passer ces messages de prévention et inciter les travailleurs à privilégier une alimentation équilibrée et de qualité pour leur pause méridienne. Les contraintes de temps impactant largement les comportements alimentaires des salariés, il serait bénéfique de mieux prendre en compte les aléas temporels (manque de temps, pression temporelle, sentiment de rush…) dans les messages sanitaires et dans l’offre de restauration.

 

« Cette thèse démontre l’impact des contraintes temporelles sur les modalités déjeunatoires. Alors qu’une majorité de salariés font face, la plupart du temps ponctuellement mais parfois régulièrement, à une pression temporelle sur leur lieu de travail, il apparaît essentiel que l’entreprise se saisisse de ces problématiques pour optimiser l’expérience du déjeuner au travail. La soudaineté et l’ampleur de la crise ont d’abord relégué le déjeuner aux préoccupations annexes. Mais l’essor du télétravail, la fermeture soudaine des restaurants, la cohabitation entre tous les membres du foyer et la cristallisation dans le temps de la situation sont autant d’éléments qui doivent amener les différents acteurs du monde de l’entreprise à prendre conscience que le déjeuner est une condition de travail à part entière. » estime Nathalie Gateau, Directrice des engagements sociaux et sociétaux  du Groupe APICIL.


 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
01 dé - Paris
Formation - Category Management en RHD

Bâtir une approche efficiente

02 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Édition 2021

Nous vous recommandons

Etude Serbotel-Gira  "Et demain, quelles seront les grandes mutations dans le foodservice ?"

Etude Serbotel-Gira "Et demain, quelles seront les grandes mutations dans le foodservice ?"

A quelques jours de l'ouverture du salon Serbotel à Nantes, focus sur les résultats de l’étude Serbotel-Gira « « Et demain ? Quelles sont les grandes mutations initiées et à[…]

Les food courts aiguisent les appétits

Les food courts aiguisent les appétits

Etude: la restauration depuis la pandémie

Etude: la restauration depuis la pandémie

The NPD Group prédit un retour à la normale pour 2023

The NPD Group prédit un retour à la normale pour 2023

Plus d'articles