Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Erreur !

DE YVES PUGET DIRECTEUR DE LA RÉDACTION

Sujets relatifs :

, ,
Erreur !

DE YVES PUGET

© © Bernard MARTINEZ

Mercredi 13 octobre, une réunion d'urgence s'est tenue à Bercy, à l'initiative d'Hervé Novelli et en présence de Christine Lagarde. Inutile de dire que le secrétaire d'État au Commerce et à la Consommation n'était guère souriant. Trop peu de restaurateurs - moins de la moitié - ont joué le jeu de la baisse de la TVA. Les indicateurs de l'Insee et les enquêtes de la DGCCRF* ne répondent pas aux attentes du gouvernement. Pour lui, les restaurateurs n'en font « pas assez ». Ils doivent aller « plus loin » et « plus vite ». Depuis juillet, les prix ont très peu baissé : - 1,3% en juillet et - 0,2% en août. En septembre, ils n'ont pas bougé. On est bien loin de la baisse de 3% préconisée par le gouvernement. Hervé Novelli a fixé au 15 décembre la réunion d'un comité de suivi, qui « conclura définitivement sur le succès ou non de la baisse des prix ». Il en tirera « toutes les conséquences ».

Par ailleurs, il a affirmé que les négociations salariales et sociales devaient reprendre « sur-le-champ et se conclure au 30 novembre au plus tard ». Entamées en juillet, elles sont au point mort. Or, les augmentations salariales constituent l'un des trois volets du « fameux » Contrat d'avenir. L'État avait aussi demandé la création de 40 000 postes en deux ans. En octobre, la Cour des Comptes a émis des doutes : seulement 6 000 embauches ont été effectuées. Selon la rumeur, le Parti socialiste aurait envisagé de déposer un amendement au projet de loi de Finance de 2010 afin de revenir à l'ancien taux de TVA !

Sans aller jusque-là et voyant l'opinion publique brocarder sa mesure, Nicolas Sarkozy pourrait sortir de sa besace de nouvelles taxes. Les restaurateurs doivent comprendre qu'ils jouent avec le feu ; les partenaires sociaux admettre qu'il est dans l'intérêt de la branche de signer en temps et en heure ; et le gouvernement reconnaître qu'il a paraphé un contrat d'avenir sur... trois ans et sur trois volets. Il serait dangereux de considérer la date du 15 décembre comme définitive pour juger du bien-fondé de la réforme. Dès le départ, il s'agissait d'une réunion du comité de suivi, non d'une date butoir. Remotiver, sermonner, oui. Tout abandonner, non. Après six mois, ce serait une erreur. Pour tout le monde. *Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

IL SERAIT DANGEREUX DE CONSIDÉRER LA DATE DU 15 DÉCEMBRE COMME DÉFINITIVE POUR JUGER DU BIEN-FONDÉ DE LA RÉFORME.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Live et replay
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Quels business models, quels leviers pour quels convives ? Réponse le 3 décembre avec le Congrès RHD de Néo

Quels business models, quels leviers pour quels convives ? Réponse le 3 décembre avec le Congrès RHD de Néo

Vous voulez connaître les derniers chiffres du secteur ? Prévoir l'évolution des comportements des consommateurs ? Echanger avec d'autres sur les business models de demain et ce, quel que soit le segment de[…]

30/11/2020 | Congrès RHD
Un repas de Noël 2 étoiles pour les Restos du cœur

Un repas de Noël 2 étoiles pour les Restos du cœur

 Un vent de fraîcheur et de gourmandise souffle sur le Salon Saveurs

Un vent de fraîcheur et de gourmandise souffle sur le Salon Saveurs

Michel Bras aux commandes du futur restaurant de la Collection Pinault

Michel Bras aux commandes du futur restaurant de la Collection Pinault

Plus d'articles