Elior crée deux parcours de professionnalisation en partenariat avec l'Afpa

La rédaction de Néorestauration
Le groupe de restauration sous contrat et des services associés Elior crée deux parcours de professionnalisation à destination des employés de restauration collective et de restauration de concession : les parcours agent de restauration et cuisinier. Elaborés en partenariat avec l'Afpa, premier acteur en France en formation pour adultes et expert dans le domaine de la restauration, ces deux cursus de formation permettent aux collaborateurs volontaires d'acquérir de nouvelles compétences pour pouvoir évoluer  au sein de l'entreprise.

Le 26 septembre, une première promotion de 23 agents de restauration et de 17 cuisiniers s'est vue remettre son titre professionnel en présence de Jacques Roux, directeur général d'Elior, de Catherine Chouard, directrice des ressources humaines du groupe et de Anne-Marie Bjornson-Langen, directrice du développement de l'Afpa.

Elior a élaboré ces deux parcours de professionnalisation afin d'offrir aux collaborateurs la possibilité d'acquérir les compétences nécessaires à leur évolution professionnelle tout en leur permettant d'obtenir un diplôme d'Etat reconnu par la branche hôtellerie-restauration. Spécifiques à Elior, ces deux parcours constituent un dispositif unique en France, notamment en raison de leur mise en œuvre sur cinq centres Afpa répartis sur l'ensemble du territoire national (Istres, Rennes, Colmar, Brive-la-Gaillarde et Stains), et ce afin de réduire le déplacement des stagiaires.

Autre innovation majeure, le parcours intègre une période de positionnement préalable. D'une durée d'une semaine, elle permet de  déterminer le niveau du candidat et de définir un parcours de formation individualisé pour accéder au titre. La formation dure plusieurs semaines réparties sur 6 à 8 mois, avec une alternance entre le centre de formation et le poste de travail. Les stagiaires sont placés sous la responsabilité de tuteurs (seconds de cuisine, chefs, gérants ou directeurs de restaurants), dont le rôle est de les accompagner dans l'apprentissage et la mise en œuvre des techniques acquises durant les formations, de suivre leur évolution et d'évaluer leurs capacités.

Pour accéder aux parcours de professionnalisation, les candidats doivent avoir une bonne connaissance de l'environnement professionnel, détenir au minimum un brevet des collèges pour le parcours agent de restauration, un BEP ou un CAP pour le parcours cuisinier, ou posséder une expérience professionnelle significative.

"Ces parcours de formation illustrent concrètement l'une de nos priorités majeures en matière de politique de ressources humaines, à savoir faire évoluer 10% de nos employés à des postes à responsabilité à horizon 2010", commente Catherine Chouard.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

Nous vous recommandons

A mi-2022, plus d’inquiétudes que d’optimisme pour les indépendants

A mi-2022, plus d’inquiétudes que d’optimisme pour les indépendants

L’étau se resserre pour les indépendants. C’est en tous cas la tendance qui se dégage de la dernière enquête trimestrielle de la CPME, dont les résultats spécifiques aux 1414 entreprises de l’hôtellerie-restauration,...

Geranium au sommet du 50 Best

Geranium au sommet du 50 Best

Orus veut digitaliser l’assurance professionnelle des TPE et PME

Orus veut digitaliser l’assurance professionnelle des TPE et PME

Tribune de Fréderic Leclef, directeur général délégué de Lyf - Comment faire revenir les clients au restaurant ?

Tribune

Tribune de Fréderic Leclef, directeur général délégué de Lyf - Comment faire revenir les clients au restaurant ?

Plus d'articles