Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

Du matériel plus ciblé et plus abordable

Brigitte Taunais
Du matériel plus ciblé et plus abordable

Armoire tout Inox de 2000 l en froid positif (gamme EMR de Friginox).

© PHOTO FRIGINOX

Sur ce marché très concurrentiel, la bataille se livre davantage sur les prix que sur l'innovation, parfois au détriment de la qualité. Même si le sur-mesure et les systèmes de contrôle de températures à distance ont le vent en poupe.

Un marché étale : ainsi pourrait-on qualifier les armoires frigorifiques. Avec une technologie aboutie depuis belle lurette, il n'y a plus guère à attendre de ce segment de marché en matière d'innovations. « Un frigo, c'est un frigo », tranche Maryvonne Calmet, directrice générale d'Actif. « A partir du moment où l'on a bien défini les puissances de l'armoire frigorifique, il n'y a plus grand-chose à innover ! »

Dorénavant, la recherche s'appesantit davantage sur le design, sur les angles extérieurs arrondis et, bien évidemment, sur la prochaine directive de Bruxelles qui devrait définitivement interdire certains gaz transitoires nocifs pour l'environnement. « Les armoires frigorifiques sont des produits tellement banalisés que les différences vont maintenant se faire sur un besoin spécifique », affirme de son côté Philippe Demange, directeur marketing de Friginox.

C'est ainsi que l'on parle d'armoires à viandes, à poissons, à vins... ou de sur-mesure - l'une des activités principales d'Actif, qui travaille actuellement, pour La Criée, sur une gamme de meubles bas à doubles compartiments à partir de son modèle DTGN650. D'un côté, des tiroirs en température positive et, de l'autre, deux compartiments en température négative. Chaque compartiment possède son propre froid rassemblé par un caisson technique central qui gère les deux meubles. La régulation ne se fait pas via des cartes électroniques spécifiques mais par le biais de microprocesseurs standard que l'installateur peut trouver facilement chez son grossiste en cas de panne.

« Nous sommes les seuls sur le marché à être restés en semi-automatique, car nous n'avons pas de carte électronique à notre nom », justifie Maryvonne Calmet. « Nous nous efforçons de fabriquer un matériel simple d'utilisation avec des composants pratiques et peu onéreux. Notre objectif : ne pas immobiliser le matériel à cause d'une simple rupture de carte. »

Miser sur la capacité nette

Chez Hobart, l'accent est mis sur le contenant : volume net contre volume brut. « Le premier élément dont doit se préoccuper l'utilisateur, c'est la capacité de stockage de l'armoire », précise Bruno Dart, chef de produit réfrigération. Donc le volume net. Si nous annonçons une armoire de 600 litres, elle fait vraiment 600 litres. Or, chez[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Exigences du mieux-manger : comment innover et développer vos offres

Nous vous recommandons

L'automatique investit toute la restauration

L'automatique investit toute la restauration

Adieu le bruit du filtre que l'on tape gaillardement contre le bac à marc ! Exit les variations de qualité ! Régularité, précision, rapidité, les machines à café automatiques, quoique un peu chères, séduisent dorénavant toute la[…]

La folie des coupes

La folie des coupes

De la coupe aux lèvres...

De la coupe aux lèvres...

Les arts de la table sortent de leur réserve

Les arts de la table sortent de leur réserve

Plus d'articles