informations et solutions pour restauration collective commerciale et snacking

espace

abonné

Droit d'alerte

Publié le

Droit d'alerte

Raw meat steaks with spices on the black cutting board.

© Valentyn Volkov/Fotolia

En France, le parcours des animaux est balisé de l'élevage à l'abattage : protection des animaux dans les élevages (directive européenne du 20 juillet 1998) ; transport (règlement du conseil européen du 22 décembre 2004) ; mise à mort (règlement du 24 septembre 2009). « Interbev et les fédérations d'abattage ont mis en place un guide de bonnes pratiques pour préparer l'entrée en vigueur du règlement de 2009 », rappelle le directeur général, Marc Pagès, de l'association interprofessionnelle. Appliqué le 1er janvier 2013, le texte prévoit la présence d'un responsable de la protection animale dans tout abattoir de plus de 1 000 unités de gros bétail. Désigné par l'exploitant, il « est en mesure d'exiger que le personnel de l'abattoir prenne les mesures correctives nécessaires » pour assurer le traitement correct des bêtes.

 

« En plus du rôle d'encadrement, ce salarié dispose d'un vrai rôle d'alerte », souligne Marc Pagès. Pour éviter que des cas de maltraitance ne se renouvellent, le ministre de l'Agriculture veut accorder une protection à ces salariés, qui pourra aller jusqu'à leur donner le statut de lanceur d'alerte. « Pourquoi pas ? Mais faisons déjà appliquer le guide de bonnes pratiques, ce qu'une grande majorité des abattoirs a déjà fait », répond le représentant d'Interbev.

Réagissez à cet article

*Informations obligatoires

Donnez votre avis

 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus