Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Des épicuriens avertis

Isabel Soubelet

Sujets relatifs :

, ,
Des épicuriens avertis

© Photo X

Ils cherchent avant tout à se faire plaisir tout en surveillant leur capital santé. Adepte de la convivialité, la génération des « 50 ans et plus » privilégie les produits de qualité et les saveurs de la cuisine traditionnelle française.

Seniors, « personnes âgées », « 3e âge », baby-boomers... la dénomination des « 50 ans et plus » a évolué dans le temps. Difficile de les circonscrire en une masse homogène. Jean-Paul Tréguer, fondateur de Senioragency, distingue trois catégories : les « masters » (50-60 ans), jeunes seniors en pleine activité et dynamiques sur le plan de la consommation ; les «libérés » (60-74 ans), retraités en parfait état d'intégrité physique ; et les « retirés », qui commencent à connaître des problèmes de santé et sont plus dépendants.

 

Globalement, la population qui a franchi la barre du demi-siècle représente un potentiel énorme, notamment pour les marchés de l'alimentation et de la restauration. Une donnée incontournable liée aux trois facteurs concrets que sont l'explosion de la longévité, l'effondrement de la fécondité et l'arrivée à l'âge de la retraite ou de la préretraite de la génération du baby-boom.

 

Si le marketing commence à prendre en compte cette cible, la France est loin d'être en avance. Et les restaurateurs pourraient mieux répondre aux attentes (accueil, clarté des lieux, format et lisibilité des cartes...) de ces clients épicuriens avertis, qui possèdent un pouvoir d'achat plus élevé que leurs cadets.

 

« à partir de 50 ans, la personne devient plus mature, elle fait son choix en étant dégagée des contraintes et des codes sociaux. C'est donc la notion de plaisir qui domine. En parallèle, la question de la santé prend davantage de place et il y a une véritable prise de conscience de cette question », précise Frédéric Serrière, fondateur de Senior Strategic. Plaisir et santé, les deux mots sont lâchés. Et cela sans contradiction aucune. « Quand je vais au restaurant, c'est vraiment un moment de plaisir, ce n'est pas pour me brimer. Je fais partie d'un club d'oenologie et j'apprécie la découverte des bons vins », déclare Patricia Deloye, ex-professionnelle de la publicité.

 

Satisfaire ses envies et ses goûts en matière de restauration est vraiment le maître mot des baby-boomers. Anita Borredon, jeune retraitée installée dans le Lot, confirme cette approche : « Nous avons au quotidien une alimentation équilibrée et variée qui respecte la saisonnalité des produits. Manger au restaurant permet de découvrir des choses nouvelles, c'est un réel plaisir. » Un plaisir partagé avec une certaine prise de conscience. Selon la dernière enquête de l'institut Secodip (1), 81 % des « 50 ans et plus » reconnaissent prendre conscience de leur capital santé et, de ce fait, décident de changer leur alimentation, contre seulement 71 % de l'ensemble de la population.

 

 

La préoccupation santé en arrière-plan

 

Dans le cadre professionnel, les clients masculins reconnaissent volontiers que la consommation d'alcool est en baisse. Disparition des apéritifs, suppression du vin et des digestifs, durée du repas raccourcie. En général, leurs grillades ou poissons s'accompagnent de légumes, d'une salade et d'une bouteille d'eau.

 

« Depuis trois ans, les représentants qui sillonnent l'Hexagone signent une charte qui les engage à ne pas prendre d'apéritif et à éviter les boissons alcoolisées au déjeuner », explique Patrick Reboux, directeur régional dans un groupe international. « Avec le temps, la santé devient une question plus importante, même si elle n'est pas le premier critère », ajoute Jean-Louis Borredon, jeune retraité dans le Lot. « Par goût, je vais choisir des plats où il y a beaucoup de légumes, mais c'est aussi une question de santé. J'aime plutôt la légèreté et le mariage d'ingrédients variés », expose Claire Goudemant, directrice d'études de marché. Avouée ou non, la préoccupation santé est souvent en arrière-plan.

 

Leur goût, leur budget et leur culture amènent les 50-65 ans à la recherche d'une alimentation raffinée. Toujours selon l'étude Secodip, ils plébiscitent le foie gras, le saumon, la truite fumée, le caviar. Leur consommation de produits festifs dépasse en effet la moyenne de celle de leurs cadets en période de fêtes. Et ne se limite pas à des dates fixes. « J'aime les mariages particuliers de saveurs, les lieux aux ambiances originales », confie Sylviane Bantchik, responsable communication.

 

 

Des choix réfléchis et à prise de risques limitée

 

Goût, fraîcheur des fruits et légumes utilisés, produits labellisés ou de terroir : tous ces critères sont des « plus » qui participent à la réalisation d'une cuisine traditionnelle de qualité. Celle que cette clientèle préfère. Même si elle est loin d'être réticente à tester les cuisines exotiques : thaïlandaise, chinoise, japonaise, mexicaine... « Je suis assez difficile, car je cultive moi-même beaucoup de fruits et légumes. J'aime vraiment goûter de nouveaux plats, qu'ils soient savoureux, et je privilégie toujours l'originalité », affirme Réjane Michaut-Lefebvre, esthéticienne.

 

Sans aucun doute, la qualité est un facteur qui l'emporte sur la quantité. à partir de 50 ans, les choix se font avec davantage d'exigences et de discernement. Les baby-boomers sont friands de marques et de tout ce qu'elles représentent : qualité, sécurité, réputation. Ils sont aussi demandeurs d'informations et de précisions sur les produits. Guides Rouge Michelin, Gault & Millau, magazines spécialisés, articles de presse, recommandations des proches, bouche-à-oreille... Tous les moyens sont bons pour s'informer avant de se rendre dans un établissement, limiter les imprévus, et éviter ainsi la déception. « Le guide est intéressant, c'est une première approche, mais je compte beaucoup sur mon intuition. Je me renseigne auprès des locaux et me fie à ma première impression. Une carte doit donner l'eau à la bouche, être variée, mais pas trop fournie ; sinon, le restaurateur ne peut assurer la fraîcheur et la qualité de tous les produits », énonce Jean-Louis Borredon. Ainsi, toutes les facilités offertes par les professionnels pour réduire la prise de risques sont des atouts sérieux. « Quand je vais au restaurant, je souhaite être le moins déçue possible. C'est un choix réfléchi, je n'y vais jamais au hasard », souligne Claire Goudemant.

 

Système de réservations, service de voiturier, accès facile par rapport à un axe de circulation, possibilité de se garer : tous ces éléments font partie d'une prestation globale. En effet, si les « masters » sont très attachés à qualité de la cuisine, la notion de service retient particulièrement leur attention. « J'apprécie d'être reconnue et accompagnée à table. L'accueil est vraiment essentiel », ajoute Monique Kulakowski, retraitée dans le sud de la France. Toutes les attentions délicates seront donc des facteurs qui pousseront le client à revenir. Ambiance bruyante, tables serrées, indifférence sont, a contrario, à bannir. Le rite culinaire est symbole de partage entre amis ou en famille pour des événements particuliers ; c'est aussi le moyen d'échanger et de passer une bonne soirée. « Je suis très sensible aux ambiances, au cadre et à la nourriture, mais aller au restaurant est avant tout un grand moment de convivialité », confirme Dany Dubourg, secrétaire à Nice.

 

1) « Les seniors et la table », Secodip, étude exclusive Scanner Interdéco Expert, 2005.

 

 

Leur profil

 

Actifs Les 50-65 ans sont dynamiques et aiment consommer Avertis Attachés aux notions d'authenticité, ils sont critiques et exigeants sur la prestation proposée Attentifs Ils sont soucieux de leur capital santé, mais sans excès Aisés Leur ticket moyen est de 25,35 €, contre 21,50 € pour les 18-30 ans, les soirs de fin de semaine (1)

 

(1) Source : étude Visio Resto 2004 de l'Institut Fournier pour Néorestauration

Ils aiment...

 

  • Un cadre agréable et convivial
  • Les produits frais, les plats savoureux et la cuisine de terroir
  • Se garer facilement
  • Pouvoir réserver
  • Être accueillis, voire reconnus par le restaurateur

 

Ils n'aiment pas...

 

  • Un environnement bruyant
  • Des tables très serrées dans un espace peu éclairé
  • Attendre pour obtenir une place
  • Les plats copieux au détriment de la qualité
  •  

Une population qui compte Les « 50 ans et + » en France

 

Composée à 51 % de femmes, la population des plus de 50 ans (un tiers de la population française) pèsera lourd dans les années à venir.

 

Source : Secodip, étude Scanner Interdéco Expert, 2005.

Des adeptes du « bien manger à la française »

 

Si je vous dis « bien manger », à quoi pensez-vous ?

 

Les notions de saveur et de plaisir sont des points importants dans l'alimentation des baby-boomers. Sans oublier qu'ils plébiscitent l'alimentation comme premier moyen de prévention en matière de santé.

 

Source : Crédoc, enquête CCAF (Comportements et consommations alimentaires des Français), 2004.

Deux questions à  Jean - Paul TRÉGUER

 

 

« Des leaders d'opinion » 

 

Qui sont les « masters » ?

 

J.-P. T. Ils appartiennent à la génération du « baby-boom », période durant laquelle on a enregistré 800 000 naissances en moyenne par an, soit près de 30 % de plus que la génération précédente. Ils ont entre 50 et 60 ans, sont en pleine possession de leurs moyens et actifs. Ils arrivent aujourd'hui à une forme de maturité. Ils ont des moyens financiers élevés, sont libérés de l'éducation de leurs enfants, ont la santé. Ils sont avides d'expérience et de plaisir.

 

 

Quelles sont leurs attentes ?

 

J.-P. T Le design et l'ergonomie sont deux éléments particulièrement déterminants. 90 % des « masters » sont presbytes. Ils ont donc besoin de voir de près. Les questions d'éclairage (direct ou indirect) et de conception des menus (taille des caractères) sont à prendre en compte par les professionnels de la restauration. Ces clients sont également sensibles au confort, à l'espace, au bruit, ainsi qu'à la fumée de cigarette. Ce sont par ailleurs des leaders d'opinion, qui ont toujours annoncé leurs propres exigences, qui cherchent à les défendre et à les faire respecter. Ces constatations se doublent d'une quête de sens et de valeur. Cette population est donc à la recherche d'une montée en gamme qualitative et gustative des plats et met à l'honneur les produits frais et labellisés.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Live et replay
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Lancement de Quick Service Restaurant Platform

Lancement de Quick Service Restaurant Platform

Kharis Capital, fond d’investissement belge annonce la création du groupe QSR Platform Holding (Quick Service Restaurant Platform). Cette dernière est la plateforme de restauration rapide destinée à offrir une[…]

Le renouveau de Léon de Bruxelles

Le renouveau de Léon de Bruxelles

 Angelina remporte le Musée du Luxembourg avec son nouveau concept: Mademoiselle Angelina

Angelina remporte le Musée du Luxembourg avec son nouveau concept: Mademoiselle Angelina

Quels concepts pour le nouveau food market Iconik ?

Quels concepts pour le nouveau food market Iconik ?

Plus d'articles