Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

abonné

DES COMPÉTITEURS TOUT TERRAIN

Encarna Bravo, avec Paul Fedèle

Sujets relatifs :

Les TOR se lancent sur de nouveaux marchés qui, certes, les éloignent parfois de leur métier de base, mais leur garantissent un peu plus de sécurité financière. Soumis aux aléas économiques et à un contexte international tendu, ils cherchent dans ces diversifications un moyen de lisser leur activité, jusqu'ici très dépendante de l'événementiel.

Traiteur organisateur de réceptions, en plus court TOR : l'activité pesait en 2002, selon Cofacerating.fr, près de 1,012 MdE. Des données à nuancer sachant que, sous le code NAF 555D (intitulé officiel de l'Insee), sont rangées toutes les sociétés dont l'activité principale est de fabriquer des prestations dont la consommation est différée. On y trouve donc principalement les traiteurs organisateurs de réception, mais aussi une grande partie des spécialistes de la pizza livrée et des industriels des plats traiteur. Il n'en demeure pas moins que, sur près de 2 056 entreprises enregistrées par la Coface, le chiffre d'affaires des trente premiers TOR de notre classement (voir p. 46) pèse 48 % du marché. Et les cinq leaders 30 %.

Autant dire qu'en dehors des gros acteurs, le métier reste très atomisé et incarné par de nombreuses PME. Des entreprises fragilisées à la recherche de nouveaux marchés susceptibles de relayer une activité - l'événementiel - devenue plus erratique car affectée par un contexte économique et international peu propice aux grandes réceptions festives et dispendieuses.

Certes, les TOR de province sont moins soumis aux aléas conjoncturels que leurs confrères parisiens. En raison, notamment, de la composition de leur clientèle. Travaillant essentiellement avec des particuliers, les restrictions budgétaires au sein des entreprises semblent moins les concerner. Gimm Traiteur est l'exemple type du TOR qui parvient à tirer son épingle du jeu. Basé à Toulouse, il a bénéficié du dynamisme de l'activité aéronautique locale et d'une tentative d'ouverture vers l'Europe réussie. Globalement, cependant, les événements internationaux et les fluctuations de la bourse ont perturbé le secteur de l'événementiel, aujourd'hui en stagnation, voire en régression. Et si l'on compte un plus grand nombre d'opérations, celles-ci rassemblent moins de convives.

Mais ce n'est pas parce que les sièges nord-américains boudent la France et que les voyages d'études ne se font plus guère au bout du monde que les entreprises françaises renoncent à organiser pour leurs cadres des séminaires ou des conventions plus modestes en France ! Cependant, la réduction du temps de travail a modifié la donne : « Les 35 heures ont chahuté les périodes d'activité et densifié celles-ci », confirme Thierry Suzanne, PDG de Riem-Becker.

Les TOR qui ont résisté le mieux sont sans aucun doute ceux qui ont su trouver une activité complémentaire, en particulier ceux qui exploitent des lieux haut de gamme, les sites de concession (châteaux, musées...) restant en effet la voie royale. C'est notamment le cas de Marcotullio, qui, après avoir acquis en 2002 le château d'Art-sur-Meurthe, a remporté récemment un contrat d'exclusivité pour l'abbaye des Prémontrés, près de Pont-à-Mousson.

Kieffer a, lui aussi, élargi son champ d'action. Après la restauration gastronomique, le traiteur strasbourgeois prévoit de se lancer dans la production de coffrets-repas destinés aux entreprises. Quant à Riem-Becker, il a opté pour le rachat de Sushi Map, une entreprise spécialisée dans les sushis, produits qu'il pourra proposer dans des buffets ethniques.

Bien que très prisée, la diversification ne constitue pas pour autant une fin en soi pour tous les TOR. Certains restent fondamentalement attachés à leur métier de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
26 sep - Paris
La RHD à l’heure du Healthy

Quels leviers pour relever les défis du mieux-manger ?

05 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quelles solutions mettre en place pour la consommation de demain ?

Nous vous recommandons

Face à un ralentissement de la demande

Face à un ralentissement de la demande

Alors que les petites chaînes de restaurants échappent, pour le moment, à la crise, les pubs subissent de plein fouet les conséquences de l'interdiction de fumer dans les lieux publics. Les Anglais divorceraient-ils de leurs pubs ? Aussi[…]

01/05/2008 |
Un marché en proie à une crise structurelle

Un marché en proie à une crise structurelle

Une dynamique précaire

Une dynamique précaire

Une croissance frag ile

Une croissance frag ile

Plus d'articles