Nous suivre Actualités de la restauration traditionnelle, rapide, collective, commerciale - Néorestauration

Décès tragique de Bernard Loiseau

Patricia Cecconello
Disparu prématurément, le chef de la Côte d'Or était souvent présenté dans les médias comme le héros d'une véritable success story. Retour sur un parcours exemplaire.
Né en 1951 à Chamalières (Puy-de-Dôme), rien de semblait destiner Bernard Loiseau, fils d'un représentant de chapeaux à devenir l'une des étoiles de la gastronomie. Adolescent, il décide de devenir cuisinier et fait  son apprentissage, de 1968 à 1971, chez Pierre et Jean Troigros à Roanne, époque à laquelle le restaurant reçoit son troisième macaron au guide Michelin. Le jeune Bernard se prend à rêver de faire un jour aussi bien que ses aînés. Son CAP en poche, il part travailler aux côtés de Claude Verger, à la Barrière de Clichy tout d'abord, puis à la Barrière Poquelin. Conquis par les qualités professionnelles et l'énergie de son collaborateur, Claude Verger lui propose, en 1975, de prendre en gérance La Côte d'Or dont il est alors le propriétaire. Une maison qui avait connu son heure de gloire entre 1930 et 1960 sous la direction du chef, Alexandre Dumaine. Bernard Loiseau relève le défi et décroche sa première étoile deux ans plus tard. En 1981, il franchit une étape décisive avec l'obtention d'un second macaron. Stimulé par cette reconnaissance, il rachète alors le fonds de commerce et les murs afin de créer en 1985 un établissement digne d'être affilié à la chaîne Relais & Châteaux.
Poursuivant sur sa lancée, il le restructure et le rénove afin d'y adjoindre de nouvelles chambres pour recevoir ses clients. 1991 sera pour le chef  l'année de la consécration qui le voit entrer dans le cercle très fermé des triples étoilés Michelin. Un bonheur n'arrivant jamais seul, il épouse la même année Dominique Brunet, alors journaliste à l'Hôtellerie, qui lui donnera trois enfants, Bérangère, Bertrand et Blanche. Pour amortir les investissements élevés qu'il a engagés dans la modernisation de son hôtel-restaurant, il entreprend de diversifier ses activités car la restauration gastronomique coûte cher mais rapporte peu. Outre ses activités de consultant culinaire avec des groupes agroalimentaires tels Perrier-Jouët, Agis et le Savour Club, il publie des ouvrages de cuisine et  lance une ligne de produits et d'articles siglés qu'il vendra dans sa boutique de Saulieu et plus tard, en ligne, sur son site www.bernard-loiseau.com .
En 1998, il acquiert le restaurant Tante Louise à Paris puis devient le premier restaurateur coté au second marché. Afin de stimuler la croissance de son groupe Bernard Loiseau SA, devenu en 2001, Bernard Loiseau-Art de Vivre, il ouvre successivement Tante Jeanne et Tante Louise. En 2002, pour dynamiser la fréquentation de son restaurant, il dote la Côte d'Or d'une piscine chauffée et d'un SPA. Il entame, par ailleurs, une collaboration avec le groupe hôtelier genèvois Manotel et envisage de développer un nouveau concept d'hôtel de charme autour du thème "Saveur Hôtel et Atelier du Terroir". Autant d'initiatives qui valent à son groupe d'excellentes performances avec un chiffre d'affaires de 11,23 € et la faveur des analystes financiers.
Aujourd'hui 25 février, la cotation de l'action Bernard Loiseau a été provisoirement suspendue mais Dominique Loiseau, directrice générale du groupe, a fait connaître sa volonté de poursuivre l'ensemble des activités avec le concours des équipes en place.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrit. Vous recevrez prochainement
notre newsletter hebdomadaire NEORESTAURATION.

VOS EVENEMENTS
Tous les événements
03 dé - Paris
CONGRÈS RHD

Quel modèle de restauration à l’horizon 2022

Nous vous recommandons

Pertes d’exploitation : une décision de justice de nouveau défavorable à Axa

Pertes d’exploitation : une décision de justice de nouveau défavorable à Axa

Ils sont 5 restaurateurs, à Paris, Puylaroque et Bastia, à poursuivre Axa, suite au refus de leur assureur de couvrir leurs pertes d’exploitation liées à la fermeture administrative de leur établissement[…]

La livraison et le click & collect pèsent déjà 5% de l’activité des restaurants Hippopotamus

La livraison et le click & collect pèsent déjà 5% de l’activité des restaurants Hippopotamus

TheFork lance l’opération Revenons au restaurant

TheFork lance l’opération Revenons au restaurant

Yannick Alléno : nouveau Chef de l’Hostellerie de Plaisance

Yannick Alléno : nouveau Chef de l’Hostellerie de Plaisance

Plus d'articles