Construire une relation entre la marque et ses clients

Construire une relation entre la marque et ses clients

© KFC

Reste que, parfois, la qualité d'une offre, c'est aussi son prix.

Et là aussi, les opérateurs cherchent à la valoriser par un positionnement plus affirmé. Très accessibles, les restaurants des magasins Ikea ont poussé plus loin, en 2015, le curseur d'une restauration saine, l'enseigne n'hésitant pas à toucher à son « hero-product », ses boulettes, pour les décliner en versions poulet et végétarienne, avec un taux de prise avoisinant les 20 % en quelques mois. Auprès d'une clientèle qu'elle sensibilise depuis des années aux thématiques environnementales, l'enseigne suédoise délivre des messages sur le gaspillage alimentaire et sert, depuis septembre, des poissons et crustacés issus de la pêche durable dans l'ensemble de ses restaurants dans le monde. Sans oublier, touche gourmande, un chou au pralin, dessert imaginé par le M.O.F. Philippe Uracca, à 3,95 E. Avec « l'idée, par ces évolutions de notre offre, de permettre à la plus grande partie de nos clients de pousser leur expérience d'achat sous le même toit, jusqu'au restaurant », explique Faustine Colin, directrice adjointe d'Ikea Foodservice France.

Ikea a un positionnement et une offre très spécifiques, mais son exemple n'a rien d'isolé. Les grandes chaînes se placent elles aussi sur le créneau de l'affichage de leurs approvisionnements : chez KFC France, on rappelle que l'enseigne a conclu une convention avec le site de SNV à Laval, portant à 25 % ses approvisionnements en poulet d'origine France, et que la farine nécessaire à la panure de ses Wings, ou les huiles de colza et de tournesol utilisées dans ses restaurants sont toutes d'origine européenne. « La transparence et le travail sur l'origine de nos produits sont à la fois un moyen de sécuriser nos approvisionnements, et de construire, sur le long terme, une relation entre la marque et ses clients, explique Frédéric Levacher, son directeur général. Mais il ne faut pas non plus se le cacher : la raison numéro un pour entrer dans un KFC et y retourner, c'est bien sûr le goût et la gourmandise. »

Nous vous recommandons

Laurent Bassi, fondateur de Basilic & co : « C’est quand tout va bien qu’il faut avoir le courage de changer »

Interview

Laurent Bassi, fondateur de Basilic & co : « C’est quand tout va bien qu’il faut avoir le courage de changer »

L’enseigne de pizzas de terroir a beaucoup investi en 2022, pour rester en phase avec sa clientèle et anticiper sa croissance.Comment avez-vous vécu cette année 2022 ?C’était, bien sûr, le dégel de la crise. Mais pour nous ça...

Sacha Abergel, Foodies consulting: "Il faut désormais être bon sur tous les fronts"

Interview

Sacha Abergel, Foodies consulting: "Il faut désormais être bon sur tous les fronts"

Deliverect : Levée de fonds de 55 millions d’euros pour devenir le leader européen de la foodtech

Deliverect : Levée de fonds de 55 millions d’euros pour devenir le leader européen de la foodtech

Les nouveautés/innovations produits à retenir de 2020 en restauration commerciale selon Labor Action

Les nouveautés/innovations produits à retenir de 2020 en restauration commerciale selon Labor Action

Plus d'articles