abonné

« CONSÉQUENCE TRÈS PARADOXALE »

CHARLES SCHAMBERGER
« CONSÉQUENCE TRÈS PARADOXALE »

© Photo F. Ferville

Le secteur de la restauration, syndicats patronaux en tête, va avoir à relever trois défis d'envergure dans les prochains mois. Le premier est réglementaire. En dépit des apparences, ce sera sans doute le plus facile à surmonter : se préparer à l'interdiction du tabac, qui sera applicable dans tous les CHR à partir du 1er janvier 2008. Le directeur de l'établissement dans lequel l'infraction sera commise étant passible de sanctions, comme le contrevenant, on ne doute pas que les responsables s'y conformeront bon gré mal gré. D'autres professionnels en Europe sont passés par là : ils avaient les mêmes craintes et n'ont pas connu l'effondrement de chiffre d'affaires tant redouté.

Le second défi est social et s'avère plus conséquent. L'annulation du volet temps de travail et le retour au droit commun décidés par le Conseil d'État risquent de coûter plus cher, en raison du paiement - rétroactif - des heures supplémentaires. Des décisions qui promettent aussi quelques débats aux juristes, avec la résurgence de la « conséquence très paradoxale » du décret de 1999 ainsi que le soulignait le commissaire du gouvernement à la veille de l'arrêt du Conseil d'État. Alors que patrons et salariés doivent encore négocier le virage de la grille des salaires, jamais dialogue social n'aura été autant nécessaire. L'attractivité du secteur, pourtant pourvoyeur[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?