informations et solutions pour restauration collective commerciale et snacking

espace

abonné

Comparaison Internationale

Publié le par

Synthèse Les internautes Français et Anglais sont plus consommateurs que les internautes Allemands / les Anglais sont ceux qui apprécient le plus le goût du vin / les Anglais et les Allemands sont beaucoup plus nombreux que les Français à trouver le pr

N.B. Rappelons que l'enquête porte dans les trois pays sur les Internautes seulement, et non sur les populations nationales. Le terme Internaute n'est cependant pas utilisé dans les commentaires, afin d'éviter les répétitions; il doit cependant être ajouté mentalement par le lecteur lorsqu'il lit Français, Anglais ou Allemand. 

1. LA CONSOMMATION DE VIN 

Les Internautes français et anglais sont plus consommateurs que les Allemands 

19% des Français et 16% des Anglais déclarent consommer du vin tous les jours ou presque, contre seulement 6% des Allemands. Ces derniers sont 26% à boire du vin moins d'une fois par mois, contre seulement 19% des Allemands et 16% des Français. 

La proportion de non consommateurs absolus est cependant semblable dans les trois pays : 7 à 8%. Elle paraît faible par rapport à celle de l'ensemble des populations. Ce phénomène peut s'expliquer par l'âge, les Internautes interrogés étant par exemple en France un peu plus âgés que la population nationale et d'un pouvoir d'achat un peu plus élevé. 

Environ la moitié des Internautes préfèrent d'autres boissons au vin 

58% des Français, 57% des Allemands et 51% des Anglais expriment une préférence pour d'autres boissons. Cette proportion n'étonne pas de la part des Allemands et des Anglais, dont on sait qu'ils ont une préférence culturelle pour la bière. Elle est plus étonnante de la part des Français, et montre que la consommation de vin n'a plus le caractère culturel qu'elle avait auparavant. On constate aussi que les habitudes de consommation tendent à converger du nord au sud de l'Europe, ce qui est confirmé dans de nombreux domaines, alimentaires ou non alimentaires. 

On ne boit nulle part du vin pour se désaltérer 

La fonction primaire du vin, qui consisterait à étancher sa soif, ne convainc qu'une faible minorité des Internautes : 9% des Allemands, 12% des Français, mais 26% des Anglais. Les autres, beaucoup plus nombreux (respectivement 91%, 87% et 74%) ne sont pas d?accord avec cette idée, estimant que le vin a d'autres qualités et répond à d'autres motivations (goût ,santé, convivialité?). Pour eux, les boissons désaltérantes sont beaucoup plus la bière, les colas, les sodas ou le thé. 

 

2. LES MOTIVATIONS DE CONSOMMATION 

Les Anglais sont ceux qui apprécient le plus le goût du vin 

La grande majorité des Internautes des trois pays apprécient le goût du vin. Mais 61% des Anglais se disent "tout à fait d'accord" avec cette affirmation, contre 43% des Allemands et 41% des Français. En totalisant les réponses "tout à fait d'accord" et "plutôt d'accord", on arrive à 89% pour l'Angleterre, 84% pour l'Allemagne, 83% pour la France. Ils ne sont donc que 11% en Angleterre, 16% en Allemagne et 17% en France à déclarer ne pas aimer le vin. 

L'intérêt des Anglais pour le vin s'explique sans doute par son image de produit de luxe, donc associé à des expériences gustatives particulièrement agréables. 

Le vin est partout considéré comme un aliment sain 

73% des Anglais, 72% des Allemands et 70% des Français se disent d'accord avec l'idée que « le vin est bon pour la santé ». Seuls 3 à 5% des Internautes selon les pays ne sont pas du tout d'accord avec cette affirmation. Le "french paradox" et tout le discours sur les vertus préventives du vin (consommé avec modération) ont eu des effets mesurables sur les populations. 

On a confirmation de cette opinion avec les réactions à l'affirmation suivante : "le vin m'est déconseillé par mon médecin". Celle-ci ne recueille que 5% d'opinions favorables en Angleterre, 11% en France et 12% en Allemagne. 

Le vin est perçu comme un produit actuel 

75% des Allemands, 72% des Français et 67% des Anglais se disent en désaccord avec l?affirmation "boire du vin, c'est ringard" ; seuls 7% des Français et des Allemands et 12% des Anglais répondent positivement. On constate cependant partout que l'image du vin est jugée d'autant moins actuelle et moderne que l'on est jeune. 

 

3. LES FREINS A LA CONSOMMATION 

Les Anglais et les Allemands sont beaucoup plus nombreux que les Français à trouver le prix du vin élevé 

71% des Anglais et 65% des Allemands estiment que "le vin, c'est pas cher" (tout à fait ou plutôt d'accord), contre seulement 26% des Français. La raison de cette perception réside dans le fait que les vins sont des produits importés, pour l'Angleterre et en grande partie pour l'Allemagne. La consommation est également plus qualitative dans ces pays, où le vin est associé à la fête (notamment en Allemagne), ce qui conduit donc à acheter des produits plus coûteux. L?univers du vin est jugé complexe, surtout en France 

Est-ce parce que la diversité des vins est particulièrement forte dans leur pays que les Français estiment à 76% que "c'est difficile de choisir un vin" (contre 56% des Anglais et 57% des Allemands) ? On aurait pu au contraire penser que leur connaissance des produits et de leurs particularités était plus répandue qu'ailleurs et qu'elle les aidait à se situer dans cet univers. D'autres enquêtes montrent que ce n'est pas vraiment le cas et que la connaissance du vin en France n'est pas très bonne, ou plus probablement que l'information dont ils disposent est insuffisante. Seuls 6% des Français estiment que c'est facile de choisir un vin, contre 16% des Anglais et 12% des Allemands. 

 

4. LES OCCASION DE CONSOMMATION 

Les Allemands et les Français associent davantage le vin aux "grandes occasions" que les Anglais 

On n'est guère étonné de constater que 73% des Allemands disent réserver leur consommation de vin aux grandes occasions, compte tenu de leurs habitudes et de la place de la bière dans les repas quotidiens. On l'est davantage de la proportion de 63% des Français, d'autant qu'elle se compare à seulement 27% pour les Anglais. Ces chiffres s'expliquent peut-être par le profil des Internautes anglais, pour qui la "modernité" passe par la consommation de produits un peu "exotiques" et "chics", comme le vin. 

Le vin est partout massivement consommé pendant les repas de fête et, pour les Allemands, en dehors des repas 

91% des Allemands, 90% des Français et 81% des Anglais disent consommer du vin pendant les repas à caractère festif (week-ends, anniversaires, réceptions...). Anglais et Français le consomment aussi pendant les repas quotidiens (respectivement 40% et 29%, contre seulement 3% des Allemands), à des fréquences qui sont cependant certainement assez différentes. 

Le vin à l'apéritif est également assez largement répandu en Angleterre (30%) et en France (28%). Il l'est très peu fréquemment en Allemagne (6%). Les Allemands sont en revanche beaucoup plus consommateurs de vin en dehors des repas (50%) que les Anglais (25%) ou surtout les Français (4%). On retrouve là des différences importantes dans la façon de consommer le vin, qui devraient conditionner les pratiques de marketing et de communication dans les pays concernés. 

Le vin est plus fréquemment destiné aux repas quotidiens en France 

La dimension exceptionnelle de la consommation de vin, évoquée précédemment, est confirmée par les faibles taux d'accord à l'affirmation "je ne conçois pas un repas sans vin". On retrouve ici les habitudes françaises, mais avec une érosion forte puisqu'elles ne concernent que 26% des Internautes. Elle reste cependant très supérieure au chiffre de 11% obtenu en Allemagne comme en Angleterre. 

 

5. LES LIEUX D?ACHAT ET INTERNET 

Les lieux d'achat dépendent essentiellement des réseaux de distribution nationaux 

Un Français sur deux achète le vin dans les grandes surfaces. Les autres se répartissent également entre les magasins spécialisés (cavistes...) et les producteurs régionaux. La situation n'est pas fondamentalement différente en Allemagne, où la moitié des acheteurs vont dans les grandes surfaces et 16% seulement chez les producteurs ou coopératives. Les Anglais ont, eux, des pratiques très différentes. Près des trois quarts (71%) achètent dans les grandes surfaces, 17% dans des boutiques spécialisées. La production nationale étant insignifiante, la part des producteurs l'est également; elle concerne le plus souvent des producteurs étrangers, notamment français. 

Près d'un Anglais et d'un Allemand sur dix a déjà acheté du vin sur Internet, contre un Français sur vingt 

Les écarts mesurés (respectivement, 9%, 8% et 5%) s'expliquent à la fois par le plus faible taux de connexion des Français à Internet (17% contre 26% des Anglais et 24% des Allemands fin 2000) et par la moindre expérience des Français en matière d'achats sur le Web. Ils peuvent aussi s'expliquer par le réseau de distribution du vin plus maillé de la France que dans les deux autres pays. 

On observe dans les trois pays qu'un tiers des Internautes envisage d'acheter un jour du vin par ce moyen. Mais les Français sont plus nombreux à se dire opposés : 64% contre 54% des Allemands et des Anglais. 

De nombreux efforts restent à faire pour favoriser l'achat sur Internet 

Les différents arguments évoqués recueillent tous de nombreux suffrages dans les trois pays, ce qui confirme que les motivations d'achat de vin sur Internet ne sont pas aujourd'hui très fortes. 

Pour les Français, l'argument le plus fort est la possibilité de trouver des informations sur les produits (65%), alors qu'il n'est cité que par 27% des Anglais et 47% des Allemands. Cet écart confirme les réponses à la question concernant la difficulté de choisir un vin, davantage ressentie par les Français. Vient ensuite la diversité des produits offerts (61%), ce qui va dans le même sens, devant les achats plus faciles (45%). Les prix moins élevés sont cités par 40% des Internautes français, devant l'interactivité avec les autres Internautes. Les Anglais sont, eux, les plus attachés à la facilité d'achat (comparaison, livraison à domicile..., 65%), à la diversité (56%). Ils sont aussi les plus concernés par les prix (53%). Les autres arguments (possibilité de trouver des informations et d'en échanger avec d'autres Internautes) sont moins souvent cités que dans les deux autres pays. 

Les Allemands sont, de leur côté, plus proches des Français que des Anglais. C'est le cas notamment en ce qui concerne l'importance de la diversité des produits (64%) et l'obtention d'informations (47%) ou la possibilité d'en échanger avec les autres Internautes (26%). Mais ils se rapprochent des Anglais sur la recherche de la facilité des achats (60%). 

 

Donnez votre avis

 

Vos événements et formations

02 avril 2019

Restauration & Santé

Paris

Tous les événements et formations

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus